Archives

Natur’Adapt, la formation – Intégrer le changement climatique dans vos pratiques de gestion

Il s’agit d’une formation en ligne qui s’adresse aux gestionnaires d’aires protégées, pour les aider à prendre en compte le changement climatique dans leurs pratiques de gestion.

Elle a été développée dans le cadre du projet LIFE Natur’Adapt, par Tela Botanica et Réserves Naturelles de France, avec l’appui des équipes des six réserves naturelles partenaires du projet. Elle a ensuite été testée et améliorée par 15 sites tests représentatifs de différents statuts d’aires protégées.

“Natur’Adapt, la formation”, c’est 7 séquences de cours pour :
✔ Comprendre le climat et le changement climatique ; ses impacts sur la nature et la gestion des aires protégées
✔ S’approprier la démarche d’adaptation au changement climatique Natur’Adapt
✔ Découvrir comment mobiliser autour de sa démarche et faire le lien avec son document de gestion.

Chaque séquence propose des vidéos de cours, des ressources, des activités pratiques, des forums, des quiz… à faire à son rythme, pour un investissement estimé à environ 15h.

Vous voulez voir un aperçu du résultat ?
Regarder le teaser de la formation en cliquant sur le lien suivant : > https://vimeo.com/657918295/1afbd003d8?embedded=false&source=video_title&owner=50142589 <

“Natur’Adapt, la formation” se déroulera du 17 octobre au 9 décembre 2022, sur le portail de formation de l’OFB. Le nombre de place est limité à 50 participants.

Rendez-vous sur le portail de l’OFB, créez votre compte, et remplissez le formulaire d’inscription : https://formation.ofb.fr/session/fiche?id=4136

Appel à projets – Agriculture Durable et Citoyenne

Le Département d’Ille-et-Vilaine a pour objectif de promouvoir et conforter une agriculture durable et autonome, viable économiquement et ancrée dans son territoire.

Cet appel à projets a ainsi vocation à encourager une agriculture durable et citoyenne par des aides aux structures qui mettent en œuvre des projets qui répondent à une ou plusieurs de ces thématiques :

1. Favoriser une agriculture favorable à la biodiversité, améliorer la prise en compte de la biodiversité dans l’activité agricole ;
2. Améliorer la prise en compte de la pénibilité physique des activités agricoles à travers le développement, la promotion ou l’expérimentation d’outils ergonomiques ou de solutions organisationnelles ;
3. Faire émerger des projets de territoire durables permettant la protection, la structuration ou la maîtrise du foncier (reconquête des friches, politique foncière en faveur de la protection et la restructuration des cours d’eau, valorisation de foncier pour répondre à une demande en alimentation durable et locale…), ainsi que la facilitation des installations et transmissions d’exploitations agricoles.

Une attention particulière est portée sur les projets en lien avec une intercommunalité. Avis aux ECPI souhaitant agir pour une agriculture durable et citoyenne !

Qui peut déposer une candidature ?

Cet appel à projets est destiné à accompagner des structures, actives sur l’Ille-et-Vilaine et impliquant des agriculteurs ou groupements d’agriculteurs comme par exemple :

  • Une ou plusieurs exploitations agricoles réunies dans un groupement (association, CUMA, GIEE…),
  • Les coopératives agricoles,
  • Les organismes professionnels agricoles,
  • Les différentes entreprises et instances inter-entreprises, les groupements d’intérêt économique (GIE), les associations…

Calendrier
Date limite de dépôt des dossiers : 23 septembre 2022
Audition des projets : 10 et 19 octobre 2022 après-midi
Notification de l’aide aux lauréats : décembre 2022

Appel à projets visant à réguler les populations d’espèces exotiques envahissantes

La présence d’espèces exotiques envahissantes ne cesse de se renforcer sur le territoire national, en métropole comme dans les outre-mer. Les espèces exotiques envahissantes constituent l’une des principales menaces pour la biodiversité. Face à ce constat, des méthodes de gestion sont mises en place, faisant appel à des techniques adaptées en fonction du site, de l’espèce et des risques de dispersion. Pouvant être coûteuses en moyens humains et matériels, elles doivent souvent être répétées dans le temps pour parvenir à un résultat mesurable.

Portées par diverses structures locales (associations de protection de l’environnement, gestionnaires de sites, fédérations d’usagers de la nature, collectivités territoriales, opérateurs de l’Etat et organismes à vocation sanitaire, …), elles doivent être coordonnées et s’inscrire dans une démarche locale de réflexion sur les espaces et les espèces prioritaires à traiter.

De manière à renforcer ces démarches de gestion, le ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires lance le lundi 20 juin un appel à projets visant à réguler les populations d’espèces exotiques envahissantes, d’une enveloppe d’1,4 millions pour 2022.

Cet appel à projets est à destination des acteurs publics et privés engagés dans des démarches de gestion de populations d’espèces exotiques envahissantes sur le territoire national, en métropole et outre-mer : gestionnaires d’espaces naturels, associations de protection de l’environnement, syndicats d’usagers, collectivités territoriales, fédérations d’usagers de la nature, entreprises, opérateurs de l’État.

Le règlement administratif pour répondre à l’appel à projets est consultable sur le site du ministère à l’adresse suivante : https://www.ecologie.gouv.fr/lancement-lappel-projets-sur-gestion-despeces-exotiques-envahissantes

Les dossiers bretons doivent être envoyés au service Patrimoine Naturel de la DREAL Bretagne, à l’adresse suivante : spn.dreal-bretagne[at]developpement-durable.gouv.fr en indiquant en objet du mail « Appel à projets EEE »

Proposez vos animations pour les « 30 jours d’éducation à l’environnement » !

À l’occasion de ses 30 ans, le Réseau d’Éducation à l’Environnement en Bretagne (REEB) organise « 30 jours d’éducation à l’environnement ». Il s’agit d’un événement régional à destination du grand public sur l’ensemble du territoire breton qui aura lieu du 1er au 31 octobre 2022.

Un appel à propositions invite les professionnels de l’éducation à la nature à recenser leurs animations jusqu’au 11 septembre 2022 pour apparaître dans le programme en ligne de l’événement. Le REEB met à disposition un guide de l’organisateur sur www.reeb.asso.fr afin d’accompagner les volontaires dans les étapes à suivre pour être éligible à l’événement.

Plus d’informations sur : https://bit.ly/3lXNOQJ

Appel à projets FEDER – Actions de développement des données naturalistes et de la connaissance du patrimoine naturel régional

Les objectifs de ce dispositif « Actions de développement des données naturalistes et de la connaissance du patrimoine naturel régional » sont les suivants :

  •  Améliorer la connaissance sur la biodiversité (espèces faune et flore, milieux, liens espèces-milieux, continuités écologiques, paysage…) et en particulier dans des cadres favorisant la collaboration entre acteurs
  • Produire une connaissance utilisable par les opérateurs de terrain
  • Favoriser l’appropriation des connaissances à travers l’information, la sensibilisation et la mise en actions de différents publics.

1ère convention annuelle BREIZH BIODIV

Prenez date ! Une rencontre pour relever ensemble le défi de la biodiversité en Bretagne le 24 juin à Dinard (35).

Une journée riche et complète pour développer et intégrer les enjeux de préservation de la biodiversité dans une démarche RSE, pour mieux appréhender les impacts et dépendances des entreprises à la biodiversité.

Programme :

9h00 – ACCUEIL 
9h 30 – MATINEE CONFERENCE
  • Mot d’accueil de M. Arnaud Salmon, Maire de Dinard
  • Ouverture de convention par :
    • M. Loïg Chesnais Girard, Président de la Région Bretagne,
    • Mme Michelle Pappalardo, Vice Présidente de la Fondation pour la Nature et l’Homme,
    • Mme Carole Le Bechec, Présidente de la Fondation Breizh Biodiv,
  • Témoignage :

Les impacts et dépendances des entreprises à la biodiversité par Gilles Bœuf.

  • Une année de biodiversité avec Breizh Biodiv :

Bilan de la première année de la Fondation par Carole Le Bechec accompagnée des partenaires fondateurs et de porteurs de projets soutenus : Clim’action, Le Minihic-sur Rance, Saint Samson sur Rance, Aire Terrestre Educative portée par l’association Là-haut, et la Commune de Saint-Malo.

  • Table ronde :

Regards croisés sur le thème de l’intégration de la préservation de la biodiversité dans toute la chaine de valeurs des entreprises et associations :  Camping « La Fontaine du Hallate », La poste Immobilier, Kerbi, Groupe Dervenn, le pôle entrepreneurial Le Repaire de la Communauté de Commune de Brocéliande, les associations de France Nature Environnement Bretagne, la LPO et Coeur Emeraude (futur PNR Vallée de la Rance – Côte d’Emeraude)

12h15 – COCKTAIL DEJEUNATOIRE
14h00 – ATELIERS COLLABORATIFS
  • Ateliers collaboratifs « Fresque de la Biodiversité » 
  • Restitution collective
  • Clôture de la convention par Carole Le Bechec

Inscriptions jusqu’au 17 juin

 

Enquête : collectivités territoriales et biodiversité

L’Office français de la biodiversité mène actuellement une démarche de concertation visant à améliorer l’intégration de la biodiversité dans les projets portés par les collectivités et les compétences qu’elles exercent au quotidien.
Ce projet s’inscrit dans le programme de financement européen LIFE “Biodiversité intégrée dans les Territoires et les Politiques”.
Pour participer à cette démarche, nous vous invitons à remplir ce questionnaire qui pourra nous aider à proposer des solutions adaptées à vos besoins.

La date limite pour répondre au questionnaire est le 10 juin 2022.

Les informations personnelles collectées seront utilisées uniquement dans le cadre de l’enquête et seront rendues anonymes. Seule l’équipe projet (Office français de la biodiversité et l’agence Indivisible) y aura accès. Vos données seront conservées exclusivement sur la durée du projet, entre mai et décembre 2022, puis seront détruites définitivement.

 

Crédits photo : Travaux de restauration de continuités écologiques à Pont-Person (56) © Lorient Agglomération

Séminaire de restitution du programme de recherche : Utilisation de l’ADN environnemental des diatomées comme outil de biomonitoring pour la conservation des « Sites Rivières Sauvages »

Cette étude s’est déroulée sur 23 rivières du réseau Rivières Sauvages en France avec plus de 160 stations suivies lors de 2 campagnes de terrain réalisées en 2020 et 2021. Les objectifs étaient de voir l’opérationnalité de l’approche ADNe diatomées en termes de bioindication dans le contexte des cours d’eau labellisés Rivières Sauvages, mais aussi d’évaluer la présence de nouveaux indicateurs pouvant servir à la conservation de ces milieux remarquables.

Ce séminaire s’adresse aux personnes et aux partenaires ayant contribué à la réalisation de cette étude, ainsi qu’aux acteurs scientifiques et publics intéressés par la thématique.
Cet évènement sera l’occasion d’échanger sur les résultats obtenus et les perspectives à donner à ce travail, ainsi que sur les pistes de réflexion pour améliorer les indicateurs « sentinelles » au service de la conservation des rivières, actuelles et futures (pourquoi pas en Bretagne dans le sillage du Léguer, première « Rivière Sauvage » de la région), du réseau en développement.

Appel à projets – Valorisation et restauration alliant patrimoines naturels et culturels

Vous êtes une collectivité, association, ou entreprise touristique ? Vous avez un projet de mise en valeur du patrimoine naturel et culturel, en lien ou à proximité d’un milieu aquatique (rivière, ria, estuaire, étang, lac) ? Cet appel à projets est fait pour vous ! Ouvert depuis le 10 mai, il vise à expérimenter et à encourager les démarches collectives de connaissance, de restauration et de valorisation alliant patrimoines naturels et culturels. Vous avez jusqu’au 10 septembre pour candidater !

Le territoire breton recèle de multiples paysages et des milieux naturels variés (espaces cultivés et bocagers, landes, prairie, etc…). Ces espaces, marqués par les activités humaines, sont révélateurs des patrimoines locaux qu’ils soient matériels (moulins, ponts, lavoirs, etc…) ou naturels (rivières, forêts, etc…). A tout cela, s’ajoutent et se mêlent des contes et légendes, des pratiques culturelles ou de loisirs, une histoire orale marquée par les langues bretonne et gallo, etc… Ces patrimoines participent à créer une perception particulière de l’environnement qui nous entoure. Or, l’appropriation du territoire par les populations qui l’habitent conditionne la manière dont elles vont se comporter et intervenir sur ce territoire.

Agir sur la restauration et la valorisation des patrimoines naturels et culturels est une des solutions pour les protéger et attirer l’attention des habitants et des visiteurs sur leur importance.

Avec cet appel à projets, la Région Bretagne souhaite susciter et aider des projets qui :
• allient différentes thématiques liées à l’eau, la biodiversité, et le patrimoine dans une finalité de préservation et de valorisation (récréative, touristique ou de loisir),
• réservent une place importante à la mobilisation citoyenne et aux démarches participatives,
• développent des partenariats nouveaux entre acteurs de l’environnement, du patrimoine, de la culture et du tourisme.

Concrètement, la palette des actions éligibles est très large. Il peut s’agir :
• de la création de l’atlas d’une rivière,
• d’actions de sensibilisation aux enjeux de la biodiversité locale et de restauration d’éléments du patrimoine naturel,
• de la mise en place de sentiers touristiques et pédagogiques visant à valoriser et préserver différents types de patrimoine,
• de travaux de restauration du patrimoine bâti situé à proximité immédiate d’une rivière ou d’un plan d’eau,
• de l’organisation de balades nautiques autour du patrimoine, etc…

Comment vont les chauves-souris en Bretagne ?

Depuis plus de 30 ans, des naturalistes bénévoles du Groupe Mammalogique Breton (GMB) et de Bretagne Vivante, comptent chaque hiver et chaque été les effectifs des colonies de plusieurs chauves-souris dans près de 800 sites d’hibernation et plus de 300 gîtes de mise-bas. Soutenu par différents programmes tels que les Contrats Nature « Chauves-souris de Bretagne » (2008-2011) et l’« Observatoire des chauves-souris de Bretagne » (2013-2016), le suivi des populations de chiroptères dans la région est désormais intégré au programme d’Observatoire des Mammifères de Bretagne.
Comment se portent les populations du Grand rhinolophe, Petit rhinolophe, Grand Murin, Murin à oreilles échancrées,  Murin de Daubenton, Murin à moustaches ou encore du Murin de Natterer dans la région ?
Découvrez l’analyse de plus de 20 ans de suivi.

 

Enquête sur la naturalité et la libre évolution

Bonjour !

Dans le cadre d’une étude menée par Bretagne Vivante en collaboration avec l’Université de Rennes 1, nous proposons à tous les professionnels de la protection de la nature de participer à notre enquête.

Celle-ci, diffusée à l’ensemble des acteurs (professionnels) de la protection de la nature en Bretagne, nous servira à mieux comprendre les perceptions associées à la naturalité et à la libre évolution des écosystèmes.

Afin que notre état des lieux sur ces concepts soit le plus fin possible, nous avons besoin de récolter un nombre important de réponses d’ici début juin ! Nous vous serions très reconnaissants de prendre quelques minutes (une vingtaine !) pour répondre à ce questionnaire en ligne. Nul besoin d’être spécialiste ni même connaisseur du sujet, tous les avis nous intéressent.

Dans l’espoir que ce travail de recherche puisse aboutir et représenter au mieux les perceptions des protecteurs de la nature en Bretagne, nous vous remercions d’avance pour votre collaboration.

Clémence Agasse, Simon Chollet, Loïs Morel et Régis Morel.

Lien de l’enquête : https://forms.gle/cLTzaaHNgUArfND48

Nav&Co : un projet breton finaliste des Natura 2000 Award !

Finaliste dans la catégorie « communication », Nav&Co est le fruit d’une collaboration entre l’équipe du Life Marha de l’Office français de la biodiversité (OFB) et le Service hydrographique et océanographique de la Marine (Shom). Ces deux établissements publics, soucieux de l’état de santé des océans et de la durabilité de l’activité de plaisance, ont réuni leurs compétences pour accompagner les navigateurs et navigatrices breton·ne·s (dans un premier temps) vers une meilleure connaissance des richesses naturelles marines, de la réglementation et des bonnes pratiques pour les préserver. L’OFB a ainsi mobilisé le réseau de gestionnaires d’aires marines protégées en Bretagne pour compiler les informations sur les aires marines protégées, la biodiversité marine et la réglementation environnementales qui sont présentées dans Nav&Co.

Journée des chargé·e·s de mission Natura 2000

La DREAL Bretagne, l’association des chargé·e·s de mission Natura 2000 de Bretagne (ACMN) et l’Agence Bretonne de la Biodiversité co-organisent les journées des chargé·e·s de mission Natura 2000 qui ont vocation à diffuser des actualités réglementaires et financières propres au dispositif Natura 2000 et favoriser les échanges autour des initiatives déployées sur les sites bretons.

Cet événement est réservé aux chargé·e·s de mission Natura 2000 et à leurs partenaires.

Crédits visuel : M Bernard © Agence Bretonne de la Biodiversité

Appel à projets FEDER – Soutien aux Réserves naturelles nationales et régionales

L’appel à projets « Soutien aux Réserves naturelles nationales et régionales » s’inscrit dans l’axe 3.5 « Préserver et reconquérir la biodiversité » du programme FEDER 2021 2027, action 3.5.1 « Soutien aux aires protégées sous protection réglementaire et/ou document de gestion ». L’appel à projets concerne les Réserves naturelles nationales et régionales, régies par les articles L.332 1 à L. 332 27 et R. 332 1 à R. 332 81 du Code de l’environnement.

Le soutien proposé vise à répondre aux besoins de financement des opérations des Réserves naturelles nationales et régionales en termes :

  • d’acquisitions foncières
  • de protection de la nature
  • de connaissance
  • d’expérimentation et de recherche
  • de gestion et de restauration
  • d’animation et d’éducation à la nature
  • de valorisation.

Comptage Wetlands : un nouvel outil pour visualiser les données

Le comptage Wetlands International, l’un des plus vastes programmes de suivi des oiseaux d’eau hivernants a lieu tous les ans en janvier. Observer les oiseaux migrateurs d’une année sur l’autre permet de voir des évolutions d’effectifs pour certaines espèces. C’est essentiel pour préserver le milieu naturel et sa biodiversité.
En 2021, sur 80 sites en Bretagne, plus de 250 compteurs et compteuses, en grande majorité bénévoles, ont dénombré plus de 400 000 oiseaux ! Dans le cadre de l’Observatoire de l’avifaune en Bretagne (ORA), Bretagne Vivante a créé un outil en ligne dédié à la visualisation de ses données accumulées depuis les années 60.
Une vraie mine d’infos utiles aux gestionnaires d’espaces naturels, collectivités locales, bureaux d’études et aux citoyen·ne·s passionné·e·s par l’avifaune !

4 millions pour financer vos continuités écologiques !

Accompagner les territoires à identifier les trames qui les traversent, mieux connaître les espèces en présence pour définir et mettre en œuvre des actions en faveur des continuités écologiques, en priorité à l’échelle d’une intercommunalité, d’un bassin versant, d’un SAGE ou d’un Parc naturel régional, c’est l’enjeu de l’appel à projets FEDER « continuités écologiques » qui vient d’être lancé par la Région Bretagne. Le premier d’une série d’appels à projets sur cette nouvelle période de fonds européens FEDER 2021-2027, avec une enveloppe de 4 millions d’euros sur 6 ans.
Avis aux collectivités qui souhaiteraient participer jusqu’au 30 novembre 2022, on a compilé pour vous tout ce qu’il faut savoir sur les continuités écologiques, des outils mobilisables et des projets bretons inspirants !

Appel à projets FEDER – Soutien aux continuités écologiques et aux projets territoriaux en faveur de la biodiversité

L’appel à projets a vocation à accompagner la définition et la mise en œuvre de projets territoriaux en faveur de la biodiversité, basés sur le renforcement des continuités écologiques.
Ces démarches peuvent inclure des actions telles que :

  • inventaires, diagnostic de la fonctionnalité, identification des continuités écologiques
  • identification des enjeux de préservation et de restauration des continuités écologiques
  • définition et mise en œuvre de plans d’actions adaptés.

Les projets peuvent donc prendre la forme d’Atlas de la Biodiversité Communale ou Intercommunale, à condition qu’ils comportent un volet structurant sur les continuités écologiques en cohérence avec les attendus de l’appel à projets.

Un accompagnement possible des projets, quel que soit leur stade d’avancement :

Le diagnostic écologique du territoire qui permet d’identifier les continuités écologiques, met en valeur des enjeux de préservation et de restauration, et leurs interactions avec les enjeux socio-économiques. Une fois ces enjeux cernés et hiérarchisés, le porteur de projet établit un plan d’actions opérationnel qui lui permettra de mener des actions de préservation, de restauration de continuités écologiques, d’intégrer la biodiversité dans l’ensemble de ses politiques publiques (dont les documents de planification) et de déployer des actions de sensibilisation. Il pourra aussi conduire des études complémentaires pour développer la connaissance de certains secteurs ou certaines espèces du territoire ou pour préciser la nature de travaux de génie écologique à réaliser.

L’appel à projets est ouvert à tout type de démarche, quel que soit son stade d’avancement et de maturité : sont attendues les démarches émergentes, comme celles de territoires qui ont déjà développé un diagnostic et un plan d’actions en faveur des continuités écologiques et qui souhaitent désormais mettre en œuvre et animer leur plan d’actions.

Les démarches sur les trames noires, blanches et brunes, moins connues, plus expérimentales, sont encouragées

L’appel à projets pourra également accompagner des études et des démarches en faveur de la trame noire (pollution lumineuse impactante pour la biodiversité), la trame blanche (pollution sonore) ou la trame brune (liée à la qualité des sols). Autre nouveauté : les projets pourront aussi comporter une évaluation d’actions déjà entreprises en faveur de la restauration ou préservation des continuités écologiques présentant un retour d’expérience et visant l’amélioration des interventions.

Les projets seront appréciés sur leur capacité à :

  • mettre en place une démarche intégrée, en mobilisant l’ensemble des politiques publiques concernées. Les plans d’actions devront démontrer comment ils s’articulent aux autres stratégies en œuvre sur le territoire, en matière d’environnement (bocage, milieux aquatiques, énergie et adaptation au changement climatique, agriculture…) et d’aménagement et de développement territorial (aménagement, urbanisme, infrastructures, tourisme…) ;
  • déployer une démarche fédératrice en mobilisant les différents partenaires institutionnels et socio-économiques concernés, et les inciter à développer des actions pour lesquelles ils sont compétents. Ceci garantira la transversalité et l’appropriation de la démarche ;
  • engager une démarche qui vise la reconquête de la biodiversité à travers des actions opérationnelles. Les plans d’actions définis dans le cadre des projets devront présenter un caractère suffisamment opérationnel pour permettre le passage à l’action ;
  • adopter une méthodologie en phase avec les attendus et les outils régionaux disponibles (cadre méthodologique du SRADDET, et recueil méthodologique pour des projets territoriaux en faveur de la biodiversité)

Echelle des projets attendus

Considérant que la cohérence paysagère et écologique dépasse bien souvent les limites administratives communales, et au regard de l’intérêt à mutualiser les méthodes et les outils sur un même territoire, les projets attendus se situent en priorité sur des territoires pluricommunaux. Ainsi, les porteurs de projets attendus prioritairement sont les PNR, les EPCI, les structures porteuses de SCOT, SAGE, ou de bassin versant, les Départements, la Région. Les Établissements publics, les associations et les acteurs académiques peuvent également bénéficier de l’appel à projets.

DES IDÉES ET OUTILS 100% BZH POUR VOUS AIDER DANS VOTRE CANDIDATURE :

🌳💧 💡 4 millions pour financer vos continuités écologiques ! Lire la nouvelle
📌  Tout savoir sur la TVB et les attendus de cet appel à projets FEDER. Consulter la fiche
🛠  L’interface MaQuestion #biodiversitéBZH vous met en relation avec des contacts du Réseau breton de l’accompagnement  et des ressources documentairesTester cet outil 3 en 1

Appel à projets – Plans de paysage 2022

Le Ministère de la Transition Ecologique et l’ADEME, soutiennent tous les ans l’émergence de projets de territoire et de stratégies locales explorant toutes les pistes de réflexions possibles pour construire les paysages de demain dans le respect des identités et relever au niveau local tous les défis des transitions.

Le plan de paysage est une démarche volontaire, portée par un collectif qui invite à repenser la manière de concevoir l’aménagement du territoire. Il s’agit de remettre au cœur du processus ce qui fait l’originalité et la richesse de ce territoire et qui par ailleurs est porteur de sens pour les populations : le paysage.

DEPHY Collectivités, un nouveau réseau pour amplifier la dynamique zéro phyto en Bretagne

Qu’entend-on par DEPHY Collectivités Bretagne ? Actif depuis le 1er mars 2022, il s’agit d’un réseau d’échanges proposé en Bretagne afin de répondre aux difficultés rencontrées par la mise en œuvre du zéro phyto et pour tendre vers de nouvelles pratiques éco-responsables. Développé par la FREDON Bretagne avec le soutien de la Région Bretagne, ce réseau vise à analyser et à diffuser largement les aménagements et les techniques mis en œuvre par les collectivités bretonnes et à amplifier la dynamique du zéro phyto dans la région. 20 premières communes sont présentes au démarrage de DEPHY Collectivités Bretagne. Avis aux collectivités intéressées pour les rejoindre !

Webconférence – Impacts des plans d’eau et solutions

L’Association des Techniciens de Bassins Versants Bretons (ATBVB) et l’Office français de la biodiversité (OFB) organisent une webconférence « impacts des plans d’eau et solutions » le mardi 26 avril 2022, de 9h30 à 12h.

Inscription obligatoire via le lien suivant : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSdw4ydfxISH1-nSNW3EFnL6z8R7ikh6o3qL51WAafC0Yek6vw/viewform?usp=sf_link

Contexte
La problématique des plans d’eau étant un sujet récurrent pour les techniciens milieux aquatiques, il a été décidé d’organiser une webconférence sur ses impacts et solutions proposées, afin de servir de bases théoriques en complément des échanges techniques et visites terrains qui pourront être organisées dans l’année par les ASTER et-ou l’ATBVB.

Attention : Le déroulé de cette webconférence sera similaire à la matinée de la Journée ATBVB : Comment réduire les impacts des plans d’eau du 3 décembre 2019 à Locminé.

Déroulé

09H30 – Quels impacts des plans d’eau sur la ressource en eaux et les milieux ?
Présentations des impacts hydrologiques, physico-chimiques ou biologiques des plans d’eau sur les milieux naturels.
→ Hélène ANQUETIL de l’OFB

11H00 – Quels sont les solutions pour réduire l’impact des plans d’eau ?
Présentation des 3 solutions techniques pour réduire les impacts des plans d’eau : la suppression, le chenal de contournement, le moine hydraulique.
→ Mikaël LE BIHAN de l’OFB

Appel à projets – Préservation et valorisation des ressources BIODIVERSITÉ et EAU sur les territoires en bon état au titre de la Directive Cadre sur l’Eau

La protection de la flore et de la faune passe d’abord par la protection de leurs habitats ; pour les espèces aquatiques, les espèces ayant un lien étroit, dans leur développement, leur reproduction ou leur alimentation, avec le milieu aquatique, cela ce traduit à la fois par une bonne qualité d’eau et du milieu en général ; milieu constitué du fond, des berges, des rives, du système rivulaire, des fonds de vallée et plus globalement du bassin versant.

La prise en compte de la qualité globale de l’eau et des fonctionnalités écologiques des milieux est primordiale.
Plusieurs stratégies régionales (SRCE, SRADDET, Plan Breton pour l’eau…) et Directives européennes relèvent l’importance d’une bonne fonctionnalité des cours d’eau et des milieux associés (zones humides notamment) pour le maintien de la qualité des eaux et de la biodiversité et afin de favoriser la résilience au changement climatique.

Ces documents cadrent les actions autour de ces enjeux en Bretagne. Ils mettent également en avant que la restauration des milieux aquatiques et leur bonne fonctionnalité conditionne la préservation d’espèces et habitats naturels remarquables aujourd’hui menacés.

Le nouvel état des lieux 2019 du Bassin Loire-Bretagne, montre que, sur le territoire armoricain (correspondant quasiment au territoire régional), seuls 34% des masses d’eau “cours d’eau”  et 6% des masses d’eau « plans d’eau » sont en bon état. Pour autant, une fois ce bon état atteint, il y a un enjeu à le maintenir. Cela suppose de l’entretien des cours d’eau et zones humides, de l’animation et de la sensibilisation pour maintenir les bonnes pratiques dans le temps (autour des cours d’eau et des zones humides, en lien avec l’agriculture notamment dans notre contexte breton).

Afin de contribuer à la prise en compte de ces enjeux, la Fondation BREIZH BIODIV souhaite accompagner les territoires en bon état à renforcer la convergence du maintien en bon état de leurs masses d’eau et la préservation de la biodiversité.
Ainsi BREIZH BIODIV apportera son soutien à des projets intégrés eau – biodiversité de mobilisation citoyenne, s’appuyant sur une opération pilote ou vitrine de mise en valeur, de réhabilitation ou de restauration de milieux aquatiques et de zones humides.

Les projets devront impérativement faire converger le maintien du bon état écologique des masses d’eau et la préservation de la biodiversité.
Les projets devront s’inscrire dans une démarche intégrée avec une implication active des habitants, riverains, acteurs économiques du territoire, afin de faciliter leur prise de conscience (connaissance) et leur réappropriation de ces milieux.
Par leur multi-dimensionnalité, les projets devront adopter une approche systémique en répondant à différentes menaces à la fois écologiques (érosion de la biodiversité, qualité des masses d’eau, changement climatique) et sociales (appropriation par les habitants, propriétaires privés, acteurs économiques du territoire).

Appel à projets – Eduquer A et DANS la nature

La DREAL Bretagne et le Rectorat de l’académie de Rennes lancent un nouvel appel à projets à destination des associations à compétence environnementale et éducative.

Intitulé « Éduquer A et DANS la nature », cet appel à projets a pour objectif de créer une dynamique régionale autour de l’école dehors, pour mesurer les effets d’un contact direct et régulier avec la nature sur le développement des enfants et sur les apprentissages.

Le projet consiste à accompagner un(e) ou plusieurs enseignant(.e.s) de cycle 1 et 2 et leur élèves dans une démarche de pédagogie active, à raison d’au moins 10 séances dans la nature en présence de l’animateur et 10 séances préparées en amont avec l’enseignant.

Rejoignez le Réseau Déphy Collectivités Bretagne !

Réseau d’échanges et de valorisation des pratiques vertueuses, DEPHY Collectivités Bretagne analyse et diffuse les aménagements et les techniques alternatives mises en œuvre par les collectivités bretonnes, afin de répondre aux difficultés rencontrées par la mise en œuvre du Zéro-phyto et tendre vers de nouvelles pratiques éco-responsables.

Vous souhaitez partager vos expériences et votre savoir-faire ? Vous êtes à la recherche d’informations et de solutions pertinentes et souhaitez échanger avec d’autres collectivités ? Devenez acteurs de votre territoire et participez au réseau DEPHY Collectivités Bretagne !

Le réseau DEPHY vous propose d’accéder à une ressource complète sur diverses thématiques liées à la mise en place de pratiques de gestion éco-responsables sur le territoire breton se traduisant par :

❖ Des fiches retours d’expériences détaillées ;
❖ Des témoignages et un espace d’échange;
❖ Des documents de références et des guides méthodologiques ;
❖ Des évènements et des journées d’échange ;
❖ Des outils de communication clés en main ;
❖ Une carte interactive ;

Adhérez gratuitement à DEPHY Collectivités Bretagne afin d’avoir accès à l’ensemble des informations du réseau !

En savoir plus sur le réseau.

Appel à projets – Atlas de la Biodiversité Communale 2022

L’Office français de la biodiversité (OFB) renouvelle son appel à projets « Atlas de la biodiversité communale », en engageant 2 millions d’euros en 2022. Les communes et intercommunalités ont jusqu’au 15 avril pour déposer leur candidature.

Chaque année depuis 2017, l’Office français de la biodiversité propose aux communes et intercommunalités d’identifier les enjeux de biodiversité de leur territoire en réalisant un Atlas de la biodiversité communale (ABC). Plus qu’un simple inventaire naturaliste, cette démarche consiste à connaître, préserver puis valoriser le patrimoine naturel sur un territoire. En effet, la mise en place de cette cartographie à l’échelle locale permet non seulement de mieux connaître la biodiversité d’un territoire, mais aussi de sensibiliser et mobiliser les élus, les acteurs socio-économiques et les citoyens à la préservation de cette biodiversité, pour ensuite faciliter la prise en compte des enjeux de biodiversité dans les politiques locales. Un ABC est donc un outil d’information et d’aide à la décision pour les collectivités dans leurs démarches d’aménagement et de gestion.

Depuis 2017, 338 projets d’ABC impliquant plus de 2 400 communes ont pu voir le jour grâce à ce dispositif.

Des idées et outils 100% BZH pour vous aider dans votre candidature :

🐿💡 Atlas de la biodiversité : 17 bonnes pratiques à dupliquer dans vos territoires ! Lire la nouvelle
🛠  L’interface MaQuestion #biodiversitéBZH vous met en relation avec des contacts du Réseau breton de l’accompagnement  et des ressources documentaires. Tester cet outil 3 en 1
📺  Un exemple concret de la mise en place d’un ABC à Plougoumelen (56). Regarder le reportage

Colloque international sur l’écologie des lombriciens

Organisé tous les quatre ans depuis 1978 à l’échelle mondiale, le colloque ISEE (International Symposium on Earthworm Ecology) réunit les chercheurs internationaux dont les thématiques couvrent l’écologie lombricienne (vers de terre). Après avoir eu lieu ces 12 dernières années sur le continent américain et asiatique, la douzième édition va se dérouler à Rennes, 200 participants étant attendus.

Dans un contexte de transitions agronomiques et climatiques, et au regard des attentes de la société à l’échelle mondiale, les grands enjeux adressés par la communauté scientifique seront les suivants :
i) Faire l’état de l’art des connaissances récentes permettant d’identifier les facteurs environnementaux (climatique, pédologiques) et anthropiques (agricoles, industriels) influençant à différentes échelles les communautés lombriciennes, leur structuration spatiale et leur dynamique, les conséquences sur les fonctions du sol (cycle des éléments C, N, P ; structuration des sol ; détoxification ; biorégulation) et les services écosystémiques associés (régulation hydrique, climatique et des pathogènes ; rendement…). Ceci contribuera à identifier des leviers permettant de préserver, restaurer ou améliorer les communautés lombriciennes, les fonctions et services associés.
ii) Favoriser le transfert des connaissances et des biotechnologies associées aux lombriciens.

Ce colloque s’adresse principalement aux chercheurs, enseignant-chercheurs et étudiants du monde entier.
Cependant, pour la première fois dans le cadre de ce colloque, la spécificité de cette édition est qu’elle se veut être le lieu de rencontre et d’échange entre les chercheurs et les acteurs de terrain (décideurs politiques, acteurs du monde agricole et des entreprises), afin de renforcer le transfert de connaissances et de bénéficier des retours d’expérience dans un but d’une démarche prospective. Ainsi, l’ouverture de ce colloque à des politiques, des agriculteurs, instituts techniques, gestionnaires d’espaces naturels ou encore des industriels, devrait favoriser les échanges et transferts de connaissances entre le milieu académique et les professionnels, répondant ainsi à une demande de la société d’avoir accès rapidement aux résultats issus de la recherche.

Comité scientifique d’organisation
Guénola Pérès (Institut Agro Rennes-Angers)
Kevin Hoeffner (Université de Rennes 1)
Françoise Binet (CNRS)
Eric Blanchart (IRD)
Manuel Blouin (Institut Agro – Agro Dijon)
Daniel Cluzeau (Université de Rennes 1)
Thibaud Decaëns (Université de Montpellier – CNRS – CEFE)
Mickael Hedde (INRAe)
Cécile Monard (CNRS)
Céline Pelosi (INRAe)
Paul Robin (INRAe)

Entreprises : avec Trug’Planet, collectez et mutualisez du temps pour soutenir des projets environnementaux bretons

Trug’Planet c’est une plateforme de collecte et de mutualisation de temps auprès de
salariés des entreprises, en vue de soutenir et participer à des projets concrets proposés
par des associations ou fondations qui œuvrent en faveur de l’environnement.

Un outil qui met en connexion les citoyen-salariés, entreprises et associations en Bretagne :

Les actions menées en faveur de la sauvegarde de notre environnement restent majoritairement pilotées par les politiques et les grandes entreprises. Les PME peinent à s’engager dans une démarche de responsabilité sociétale (RSE), faute de moyens suffisants.
Aujourd’hui, les actions menées en termes de mécénat de compétences sont louables mais restent encadrées par la « hiérarchie » et ne témoignent pas d’un engagement choisi par le salarié. Elles sont par ailleurs bien insuffisantes pour que l’on puisse inverser les tendances catastrophiques prévues par les scientifiques.

Les attentes légitimes des citoyens aujourd’hui témoignent d’un besoin d’autonomie, et de l’envie de choisir les causes pour lesquelles ils s’engagent.
Laissons les citoyens choisir leurs causes et leurs engagements. Basons-nous sur l’intelligence collective ! L’action doit passer par une prise de conscience et l’engagement de tous. De nombreux citoyens (notamment les générations X et Y) sont en quête de sens, souhaitent s’engager, néanmoins notre rythme de vie laisse peu de place pour soutenir des actions au-delà d’1 jour ou deux de temps à autre. Or, si on imagine la mise en place d’une mutuelle de temps au profit d’un projet commun cet engagement devient possible.

1) Avec Trug’Planet, les associations environnementales peuvent bénéficier de moyens humains et financiers.
2) La plateforme est mise à disposition par l’entreprise. Cette plateforme s’inscrit dans une démarche sociétale des entreprises (RSE). Elle favorise l’intégration par les entreprises de préoccupations environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes.
3) Les salariés volontaires collectent et mutualisent du temps pour accomplir des missions publiées par des association, abondées en numéraire par les entreprises, qui verseront des dons aux associations.

Rejoignez-nous !

[Vidéo] RESPECT : Sophie Lecerf, cheffe de bord de la pêche durable en Bretagne

#biodiversitéBZH, le portrait

La préservation de la biodiversité marine en Bretagne représente un enjeu écologique et économique majeur.
Dans une région où 55% des eaux sont classées en aires marines protégées (Parc naturel marin d’Iroise, sites Natura 2000, réserves naturelles…), la protection de l’environnement marin est primordiale au maintien des ressources halieutiques et à la pérennité du métier de pêcheur sur le territoire breton.
Le Comité Régional des Pêches Maritimes et des Élevages Marins de Bretagne (CRPMEM) œuvre notamment à la gestion durable des ressources halieutiques. Au sein de cette organisation professionnelle, Sophie Lecerf accompagne les pêcheurs dans la prise en compte des enjeux environnementaux dans leur activité. Rencontre (ventée) avec la cheffe de bord de la pêche durable en Bretagne.

Enquête sur le plan « Éduquer à et dans la nature » – État des lieux des actions

En 2019, le REEB, en partenariat avec Bretagne vivante et l’Ubapar, inaugurait le plan « Éduquer à et dans la nature », avec pour intention de faciliter le développement d’actions d’éducation à l’environnement au contact direct de la nature : http://swll.to/9XR4dSE

La nature dont il s’agit ici est multiple : le coin nature à l’école et les espaces de loisir, les espaces végétalisés d’une entreprise, la biodiversité, le jardin public en ville, la forêt, les prairies, l’estran, etc.
Trois ans plus tard, nous souhaitons établir un état des lieux des pratiques afin d’orienter les actions des prochaines années : repérer les manques, mettre en valeur quelques actions phares, rendre visible ce que vous faites et élaborer des propositions de politiques publiques.
Vous trouverez donc, pour ce faire, un questionnaire simple à remplir avant le 13 février 2022 : http://swll.to/rk2wE81

Nous avons repris les fiches actions du plan et vous aurez surtout à cocher si « oui », « non » ou « à venir » vous menez ce type d’action. Nous souhaitons obtenir une bonne représentativité des pratiques, aussi merci de diffuser cette enquête dans vos propres réseaux.

Un guide pour accompagner la labellisation de sites Ramsar en Bretagne

Depuis 2018, la Cellule d’Animation sur les Milieux Aquatiques et la Biodiversité (CAMAB), née d’un partenariat entre le Département du Finistère, le Forum des Marais Atlantiques et la Fédération départementale de pêche accompagne les gestionnaires des sites de la baie d’Audierne (51ème site Ramsar annoncé lors du dernier Congrès mondial de l’IUCN), des tourbières des Monts d’Arrée, de la baie de Morlaix, de la baie de Goulven-Keremma et de la rade de Brest dans l’évaluation de l’opportunité d’une labellisation Ramsar, tout en animant un réseau d’échanges en Finistère.
Un important travail d’enquête a été déployé sur ces sites, piloté par la CAMAB aux côtés des collectivités locales, d’universitaires et d’associations, retransmis à présent dans un guide utile à tous les acteurs qui souhaiteraient se lancer dans la démarche de labellisation et ainsi déployer le réseau Ramsar en Bretagne !

En février, proposez des activités pour la Journée mondiale des zones humides 2022 !

Chaque année, l’Association Ramsar-France, l’Office français de la biodiversité, les Pôles-relais zones humides, la LPO, la Société nationale de protection de la nature et le Réseau Ecole et nature invitent le plus grand nombre à faire connaître et/ou à découvrir les animations proposées sur le Portail national zones humides à l’occasion d’un mois entier consacré aux zones humides, de fin janvier à fin février.

L’édition 2022 de la Journée mondiale des zones humides (JMZH) se déroulera du 29 janvier au 28 février, et aura pour thème : « Agir pour les zones humides, c’est agir pour l’humanité et la nature ».

Si vous prévoyez des activités en zones humides en février, c’est le moment de les inscrire sur le portail national des zones humides pour faire partie de cette grande célébration des zones humides, en France et dans le monde.
L’année dernière, grâce à votre implication, 556 animations ont été proposées partout en France malgré un contexte sanitaire extrêmement contraignant.
Rendez-vous dans l’espace organisateur du portail national zones humides, connectez-vous et saisissez vos animations ! Vos codes d’accès des années précédentes sont toujours valables.

Thème 2022
Le thème choisi pour l’édition 2022 est « Agir pour les zones humides, c’est agir pour l’humanité et la nature ».
C’est l’occasion de mettre en avant les actions que vous menez au quotidien pour valoriser, gérer ou restaurer les zones humides !
Que ce soit au travers d’une sortie commentée, d’une conférence, d’une activité culturelle… tous les moyens sont bons pour parler et faire aimer ces milieux exceptionnels qui rendent de nombreux services à l’humanité et à la nature !

Vous trouverez de nombreux exemples et des informations supplémentaires sur le portail national des zones humides.

N’oubliez pas : ce thème est facultatif. Vos animations peuvent être labellisées dans le cadre de la « Journée mondiale des zones humides », même si vous abordez un autre sujet lié aux zones humides.

Pour plus d’informations, pour saisir vos animations ou pour vous procurer les supports de communication mis à votre disposition, rendez vous sur le portail national sur les zones humides :
www.zones-humides.org/agir/ramsar-et-la-journee-mondiale-des-zones-humides

Conférence européenne sur les zones de protection forte en mer

Dans le contexte de la Stratégie nationale pour les aires protégées (SNAP) 2020-2030, la Commission européenne a chargé le LIFE IP Marha d’organiser un séminaire appelé « Life Platform meeting 2022 » destiné à échanger sur les retours d’expériences des gestionnaires d’aires marines protégées, y compris bretons, sur la mise en œuvre, la gestion et l’évaluation des zones de protection forte à l’échelle européenne.

A travers des études-cas de mise en place de zones de protection forte, l’objectif est également d’en comprendre les mécanismes, d’échanger sur les outils utilisés, les méthodes suivies et les travaux scientifiques et techniques réalisés.

Un appel à contribution (orale ou écrite) est également ouvert jusqu’au 28 janvier (toutes les modalités de participations sont disponibles sur le site dans la partie « submit a proposal ») :

Les contributions peuvent porter sur 4 thèmes :
– le contexte social et géopolitique de la mise en place des zones de protection forte ;
– la valeur ajoutée économique des zones de protection forte ;
– la justification scientifique et écosystémique d’une protection forte ;
– les techniques de mise en place et de gestion des zones de protection forte (consultation, communication, outils juridiques, financement, suivi, évaluation, contrôle, etc.).

La conférence se tiendra en Anglais et sera également partagée par visioconférence..

Dans la continuité de ces deux jours, une journée régionale sera également organisée le 24 mars par le Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis.

Pour s’y inscrire : https://www.eu-platform-meeting2022.fr/program/register 

Colloque international SAMARCH « Saumon et truite de mer : des outils scientifiques au service de leur protection »

Bretagne Grands Migrateurs (BGM), en partenariat avec Seine Normandie Migrateurs (SEINORMIGR) a le plaisir de vous annoncer le colloque international SAMARCH « SAUMON et TRUITE DE MER – DES OUTILS SCIENTIFIQUES AU SERVICE DE LEUR PROTECTION » qui se tiendra les 17 et 18 mai 2022 à Pléneuf-Val-André (22).
Il s’agira de restituer les premiers résultats du programme de recherche mais également de faire le point sur l’état d’avancement des connaissances en mer et en estuaire, des plans de gestion et de la réglementation qui existent dans le domaine maritime.

> Inscriptions

Programme :

Mardi 17 mai

9h30 – Accueil café

10h – Discours d’accueil

10h30 – Rapport des objectifs et contenu du programme SAMARCH, Dylan ROBERTS GWCT

10h50 – Introduction – Etat des connaissances et lacunes sur la phase marine des salmonidés migrateurs

  • 10h50-11h15 : Amélioration des connaissances de la vie en mer (Ken WHELAN, Atlantic Salmon Trust -Irlande-)
  • 11h15-11h40 : Modélisation de la dynamique des populations et l’évaluation des stocks de saumons à l’échelle du bassin de l’Océan Atlantique (Etienne RIVOT, L’Institut Agro)
  • 11h40-12h05 : Un observatoire des poissons migrateurs amphihalins en mer (Sophie ELIOTT, L’Institut Agro)

12h05-12h25 : Échange avec la salle

12h30-14h – Déjeuner

14h – Session 1 : Restitution de travaux scientifiques issus du programme SAMARCH sur l’amélioration des connaissances des salmonidés migrateurs en estuaire et en mer

  • 14h00-14h30 : Survie des smolts pendant leur dévalaison : influence des paramètres biotiques et abiotiques (Céline ARTERO, GWCT)
  • 14h30-15h00 : Truite de mer en Manche : que nous apprend la génétique ? (Sophie LAUNEY, INRAe & Jamie STEVENS, Université d’Exeter)

15h00-15h30 : Échange avec la salle

15h30-15h50 – Pause café

  • 15h50-16h20 : Retracer la vie en mer du saumon par l’analyse de ses écailles (Marie NEVOUX, INRAe)
  • 16h20-16h45 : Impact du Grand cormoran sur les salmonidés migrateurs sur le Léguer et l’Arques (Maxime POTIER, Seinormigr et Alexandre CARPENTIER, MNHN)

16h45-17h15 : Échange avec la salle

17h15- Clôture de la journée

Mercredi 18 mai

8h30 : Accueil des participants

9h : Discours d’accueil

9h15 : Session 2 : Quels outils de planification et de gestion des salmonidés migrateurs ?

  • 9h15-9h40 : Comparaison de la gestion des salmonidés en France et Angleterre et évolution des politiques (Laurent BEAULATON, OFB et Lawrence TALKS, EA)
  • 9h40-10h05 : Le Plan National Migrateurs Amphihalins (PNMA) et ses liens avec le plan français saumon 2018-2023 et les outils de planification en estuaire et en mer (Marine Porteneuve, OFB-INRAe)
  • 10h05-10h30 : Réglementation de la pêche des salmonidés migrateurs en estuaire et en mer sur le littoral de la Manche (Angleterre et France) (Elise CARNET, DREAL Bretagne et Gwenaël ROBINEAU, OFB)

10h30-10h50 : Échange avec la salle

10h50-11h10 : Pause café

11h10 : Session 3 : Retour d’expériences et exemples sur des actions menées pour préserver les salmonidés migrateurs en eau douce

  • 11h10 – 11h30 : De la collecte des données à leur valorisation (Laëtitia LE GURUN, BGM)
  • 11h30 – 11h50 : L’encadrement de la pêche de loisir des salmonidés migrateurs en Bretagne et en Normandie : réglementation, déclaration des captures et nouvelle stratégie de gestion de la pêche du saumon sur les cours d’eau bretons (Marie-Andrée ARAGO, OFB)
  • 11h50 – 12h10 : RENOSAUM : vers une nouvelle régulation de la pêche de loisir en Bretagne (Etienne PREVOST, INRAe)
  • 12h10 – 12h40 : Risques pathologiques majeurs pour les saumons migrants : de l’UDN (un mythe ?) à la réalité (Gyrodactylus salaris) (Patrick GIRARD et Armand LAUTRAITE, association Santé Poissons Sauvages)

12h40-13h00 : Échange avec la salle

13h00 – 14h30 : Déjeuner

14h30-16h45 : Session 4 : Table ronde – Retour d’expériences et exemples sur des actions menées pour préserver les salmonidés migrateurs en estuaire et en mer

16h45 : Synthèse et conclusion du forum

17h00 : Fin de la journée

Conférence sur le Léguer : valeur économique d’une rivière « sauvage » et gestion durable de la pêche de loisir

L’association Rivières Sauvages, le Bassin Versant Vallée du Léguer, l’Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique (AAPPMA) du Léguer et l’office de tourisme de la Côte de Granit Rose co-animeront une conférence samedi 19 février (heure à confirmer) autour du Léguer, première rivière labellisée « Site Rivières Sauvages » du grand ouest en 2017.

Un temps où vous seront présentés :

– des démarches pour le développement d’une pêche de qualité et respectueuse des milieux aquatiques : parcours de pêche spécifiques, expérimentation no kill saumon…
– le lien entre ces pratiques et le label Site Rivières Sauvages
– la valorisation économique de la pêche sur le Léguer et plus globalement d’une rivière de haute valeur patrimoniale avec la présentation des résultats de l’étude sur la valeur économique du Léguer labellisé Site « Rivières Sauvages »

Cette conférence se tiendra lors du salon des pêches à la mouche en Bretagne à Carhaix, organisé par les bénévoles avec la participation de l’association régionale des fédérations de pêche et le soutien des fédérations de pêches de Bretagne.

Rencontres du pôle métier Biodiversité

Les rencontres du pôle métier Biodiversité sont ouvertes à tous les adhérents de GéoBretagne.
L’ordre du jour portera sur les modalités d’organisation régionale de la circulation, de la mise à disposition et de l’utilisation des données naturalistes bretonnes.
Seront notamment abordés : la plateforme Biodiv’Bretagne, le contexte national, les observatoires régionaux faune flore…
Plusieurs retours d’expérience seront présentés de la part de collectivités intercommunales, d’espaces naturels gérés, de conseils départementaux.
Une large place sera laissée aux questionnements de la salle.
Si la situation sanitaire n’évolue pas favorablement la réunion aura lieu en visioconférence.

Crédit photo : Biodiv’Bretagne, plateforme données naturalistes

AMI – Évaluation de l’efficacité des mesures de gestion Natura 2000 (4ème session)

L’Office français de la biodiversité (OFB) lance un Appel à Manifestations d’Intérêt (AMI) finançant ou co-finançant des suivis standardisés pour évaluer l’efficacité de mesures de gestion mises en œuvre au sein du réseau Natura 2000. Il fait suite à trois AMI précédemment lancés.

Les projets sélectionnés mettront en place des suivis pendant une durée de cinq ans selon un cadre méthodologique pré-établi. Les résultats permettront d’identifier les modalités de gestion les plus efficaces mais aussi les méthodes et indicateurs les plus pertinents pour suivre les effets des mesures et ainsi améliorer le processus global de gestion.

Pour ce quatrième AMI, les projets devront concerner l’une ou l’autre de ces deux mesures :
– Restauration et entretien de milieux ouverts (suivis envisagés de 2022 à 2026 avec mise en place de la gestion en ou à partir d’automne 2022 / hiver 2023)
– Restauration de milieux tourbeux (suivis envisagés de 2022 à 2026 avec mise en place de la gestion en ou à partir d’automne 2022 / hiver 2023 ou automne 2023 / hiver 2024)
Il est attendu que les projets intègrent le suivi de parcelles dites « gérées » et de parcelles « témoins » (se référer aux cadres méthodologiques) et préférable que plusieurs parcelles de chaque soient intégrées aux suivis dans la limite des possibilités budgétaires.

Les cadres méthodologiques s’articulent en deux parties :
– Une partie socle constituée de protocoles ne nécessitant pas de compétences particulières et que chaque projet devra mettre en place ;
– Une partie boite à outils qui regroupe des protocoles faisant pour la plupart appel à une expertise naturaliste plus pointue, que chaque porteur de projet est libre de choisir ou non en fonction des compétences dont il dispose et de la pertinence de ces protocoles pour l’évaluation de la mesure de gestion sur son site ;
À noter que seuls les suivis seront financés par l’AMI : les mesures de gestion doivent être financées par d’autres mécanismes (contrat, MAE, financement en régie…).

Au-delà des financements, les porteurs de projets sélectionnés pourront bénéficier d’un accompagnement méthodologique tout au long du suivi et d’une analyse finale des résultats par PatriNat.

À l’issue de la période de suivi, les conclusions obtenues sur l’efficacité des mesures à partir des suivis réalisés sur ces sites pilotes auront vocation à alimenter une réflexion d’amélioration de la gestion pour l’ensemble des sites Natura 2000 et d’autres espaces naturels qui mettraient en œuvre le même type de mesures.

Conférence sur le bocage, la préservation de l’eau et de la biodiversité au CGLE

Haies et bocage : des alliés majeurs pour l’eau et la biodiversité

Les haies et le bocage remplissent des fonctions nombreuses et variées vis-à-vis de la protection de l’eau : filtration vis-à-vis des nitrates ou des pesticides, régulation des volumes d’eau, maintien des berges des cours d’eau, protection contre le vent ou encore rempart contre le réchauffement climatique.

En parallèle, les haies accueillent des écosystèmes variés pour la faune et la flore : elles jouent des rôles de refuges, de ressources, de corridors écologiques et même de définition et structuration des paysages.

Ces trésors de biodiversité sont pourtant menacés chaque année par l’artificialisation des terres ou encore l’augmentation des surfaces des parcelles agricoles.
Pourtant, les haies et le bocage présentent aussi des intérêts forts pour l’élevage et les cultures, en offrant de l’ombre et des zones plus fraîches aux animaux, en les protégeant du vent et des intempéries, en accueillant des auxiliaires de cultures, ou encore en favorisant la biodiversité du sol.

Mieux connaître les haies permet de mieux les protéger et mieux comprendre leur fonctionnement et leurs rôles multiples.

Conférence sur le bocage, la préservation de l’eau et de la biodiversité sera organisée le 29 juin 2022, de 15H30 à 16H30 au Carrefour des gestions locales de l’eau. Animée par l’OFB, elle réunira des intervenants de l’INRAE, de l’AFAC-agroforesteries et de Lannion-Trégor Communauté. Jacques BAUDRY de l’INRAE, Yann GOUEZ (du Syndicat Mixte du Bas-Léon et administrateur AFAC-agroforesteries) et Timothée SCHERER (de Lannion Trégor Communauté), et David ROLLAND (de la FDC22 et administrateur AFAC-agroforesteries).

Pour tout savoir sur le projet « Bocage et Biodiversité » en vallée du Léguer, on vous conseille un portrait vidéo de Timothée Scherer, Jacques Baudry et David Rolland.

Appel à projets – Accompagnement des Plans Nationaux d’Actions (PNA) en faveur des espèces menacées inféodées aux milieux aquatiques et humides

L’appel à projets offre la possibilité d’accompagner les maîtres d’ouvrage qui proposent des actions de restauration d’habitats en lien avec les Plans nationaux d’actions (PNA) et de leurs déclinaisons régionales pour des espèces menacées inféodées aux milieux aquatiques et humides. Les actions financées sont :
• travaux de restauration, comprenant le cas échéant le suivi de chantier, visant la reconquête et le fonctionnement global : des habitats des espèces cibles et des corridors écologiques favorisant la circulation des espèces cibles au cours de leur cycle de vie.
• acquisition foncière de milieux humides associée à un programme de gestion de l’espace pour la préservation des espèces,
• études préalables aux travaux et aux acquisitions.
Les travaux suites aux études et aux acquisitions devront être réalisés dans un délai d’un an à deux ans
maximum.
Vous trouverez ci-dessous l’url pour consulter le règlement de cet AAP, la liste des espèces concernées, le formulaire et le lien pour déposer votre candidature de façon dématérialisée :
https://aides-redevances.eau-loire-bretagne.fr/home/aides/appels-a-projets/plans-nationaux-especes-menacees-2021-2022.html

RESTOBS 3 : journée de rencontres et de réflexion inter-acteurs « Restauration et observation des hauts de falaises littorales »

Troisième édition des journées de rencontres et de réflexion inter-acteurs RESTOBS « Restauration et observation des hauts de falaises littorales » à destination des gestionnaires de falaises littorales et de leurs partenaires publics et privés (scientifiques, entreprises, services d’Etat et Région).

Parmi les principales thématiques abordées en 2021 : les opérations de renaturation dans les espaces naturels de falaises, comment associer la recherche et les suivis scientifiques aux opérations de restauration, la gestion des boisements et des rémanents sur les sites de falaises littorales, la fréquentation des falaises littorales en lien avec les événements sportifs, touristiques et culturels et l’intérêt des outils de protection pour porter les dispositifs de restauration.

Le changement climatique est aussi à la Une du dernier magazine d’Eau & Rivières !

Alors que la COP26 bat son plein à Glasgow, et à quelques jours de #BiodiversitéBZH La Journée le 18 novembre à Paimpont qui traitera de l’interaction de deux grands défis de notre époque ; la reconquête de la biodiversité et la question climatique à l’échelle bretonne, Eau & Rivières sort son magazine spécial sur le changement climatique en Bretagne, intitulé « Rivières et climat : la beauté pour résister ».

Journée d’échanges | Eduquer au plancton

Vous reprendrez bien un peu de plancton ? Santé !

La commission « mer et littoral » du REEB vous invite à une journée d’échanges sur le plancton et la qualité de l’eau (notamment la pollution liée aux microplastiques). Cette journée vise à développer l’éducation au plancton, à ouvrir les possibles et à rendre accessible la connaissance et les outils pédagogiques sur le sujet.

Au programme : rencontre avec des scientifiques le matin et ateliers de terrain l’après-midi !

La journée aura lieu le jeudi 28 avril 2022, à la salle de la Criée de Locmalo à Port-Louis (56), entre 9h30 et 16h30.

La rencontre est pilotée par l’Observatoire du Plancton avec le groupe projet Planktobox du REEB. Elle est destinée aux acquéreurs de la Planktobox ainsi qu’à toutes personnes intéressées par la thématique.

AMI – Mise en œuvre et expérimentation d’actions de restauration des habitats marins

Dans le cadre du projet LIFE intégré Marha, l’Office français de la biodiversité (OFB) lance un appel à manifestation d’intérêt (AMI) afin d’identifier des partenaires pour la mise en œuvre de projets, entrant dans le périmètre de la recherche et développement. Les projets devront développer et mettre en œuvre des techniques innovantes et efficaces de restauration des habitats marins au sein de zones spéciales de conservation Natura 2000 en Manche, Mer du Nord, Atlantique et Méditerranée.

Thématiques concernées

Sans être exhaustive, la liste des thématiques des projets éligibles à l’AMI est la suivante :

– Eradication ou limitation d’espèces envahissantes, sur des secteurs à enjeux forts pour lesquels les sources des espèces et les facteurs de propagation sont maîtrisés ;
– Nettoyage des fonds marins par l’enlèvement de déchets : filets de pêche perdus, récifs artificiels inefficients, corps morts abandonnés, câbles… ;
– Dépollution ou décontamination ;
– Destruction d’éléments artificiels ;
– Restauration des conditions d’une meilleure résilience écologique, notamment en reconnectant le site à son environnement naturel quand cela est possible ;
– Réintroduction d’une espèce ingénieur et/ou facilitatrice ;
– Reconstitution de communautés pionnières ou architectes.

Calendrier

Une première session d’évaluation et de sélection de projets aura lieu en 2021-2022 dont la date limite de dépôt de dossier est fixée au 7 février 2022, minuit heure de Paris.

Jusqu’à consommation intégrale de l’enveloppe budgétaire, plusieurs autres sessions d’évaluation et de sélection des projets pourront être organisées en 2022.

Les projets retenus pourront être annuels ou pluriannuels, et devront se terminer au plus tard le 30/06/2024.

Enveloppe budgétaire

A titre indicatif, l’enveloppe globale consacrée au présent appel à manifestations d’intérêt est de 150 000 € TTC pour la durée de cet AMI.

Le montant du financement accordé par l’OFB à chaque projet retenu sera au maximum de 80 % du coût total du projet.

Rencontres d’ornithologie bretonne 2021

Les Rencontres d’ornithologie bretonne sont organisées depuis près de 10 ans par Bretagne Vivante et sont un rendez-vous incontournable des passionnés d’ornithologie en Bretagne.
Événement gratuit, sur inscription et soumis au passe-sanitaire.

Patrimoine maritime du Golfe du Morbihan : des savoir-faire et des bâtis à valoriser

Ce séminaire se tiendra le vendredi 26 novembre 2021, de 9h00 à 16h30 au Centre culturel Grain de Sel à Séné, rue des Écoles (merci de vous présenter dès 8h30).

Cette rencontre sera l’opportunité d’approfondir la question de la gestion durable et intégrée du patrimoine maritime côtier, dans ses différentes dimensions (patrimoine matériel et immatériel). Elle s’articulera autour de trois tables rondes :

– La nécessité d’une approche conjointe patrimoine culturel et naturel, considérant l’inter-relation activités maritimes/héritages littoraux et environnement. Quelles solutions d’adaptation pour ce patrimoine maritime en contexte de changement climatique, d’érosion de la biodiversité ? Quelles démarches mettre en oeuvre pour sensibiliser à une approche globale ?

– La transmission des savoirs et des savoir-faire des professionnels de la mer et leur prise en compte dans les décisions publiques relatives à leurs activités. Quels sont ces savoirs et comment sont-ils mis en pratique au quotidien ? Comment sont-ils transmis, préservés, considérés ? Comment en renforcer l’attractivité ?

– La gestion intégrée du patrimoine maritime, pour une meilleure prise en compte par l’ensemble des acteurs institutionnels. Quelle gestion pour le patrimoine maritime localisé sur le littoral et le Domaine Public Maritime ? Comment faciliter son intégration dans les outils de planification (SCoT, PLU, etc) ?

Et d’engager l’élaboration d’une stratégie commune pour la valorisation du patrimoine maritime du golfe du Morbihan.

Crédits visuel : Parc naturel régional du Golfe du Morbihan

Appel à projets – Ecophyto 2021–2022

Dans le cadre du plan Ecophyto II+, des appels à projets nationaux sont lancés chaque année pour soutenir des projets en faveur d’une réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques, et de la limitation des risques et des impacts qui y sont liés.
L’appel à projets national Ecophyto est lancé ce jour. Il est doté d’une enveloppe indicative de 5,3 millions d’euros.

Cet appel à projets vise à recueillir des propositions contribuant à la mise en œuvre des actions suivantes du plan Ecophyto II+, y compris dans les départements et régions d’Outre-Mer (DROM) :

Axe 1 – Agir aujourd’hui et faire évoluer les pratiques :

Action 1.2 – Inciter les exploitants agricoles à adopter des pratiques concourant à la diminution de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques – Renforcer la place des agroéquipements de nouvelle génération et des outils d’aide à la décision

Action 1.3 – Inciter les exploitants agricoles à adopter des pratiques concourant à la diminution de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques – Promouvoir et développer le biocontrôle et faciliter le recours aux préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP)
Action 4 – 30 000 : Multiplier par 10, d’ici à 2021, le nombre d’agriculteurs accompagnés dans la transition vers l’agro-écologie à bas niveau de produits phytopharmaceutiques

Axe 2 – Améliorer les connaissances et les outils pour demain et encourager la recherche et l’innovation

Axe 3 – Évaluer et maîtriser les risques et les impacts :

Action 11 – Renforcer la surveillance de la contamination des denrées végétales, de l’eau, des sols et de l’air, et évaluer les expositions potentielles des citoyens → actions nationales et actions venant en appui à l’action régionale
Action 13 – Mieux connaître les expositions et réduire les risques pour les utilisateurs professionnels de produits phytopharmaceutiques
Action 15.3 – Accélérer le retrait des substances les plus préoccupantes et faire évoluer les procédures d’approbation – Réussir la sortie du glyphosate.

Axe 4 – Accélérer la transition vers l’absence de recours aux produits phytosanitaires dans les jardins, espaces végétalisés et infrastructures (JEVI)

Action 17 – Accompagner les évolutions prévues par la loi Labbé
Action 18 – Engager les acteurs des JEVI dans la réduction de l’usage des produits phytopharmaceutiques et la diffusion des solutions alternatives (communication, plateformes internet, etc…).

Axe 5 – Politiques publiques, territoires et filières

Action 21- Susciter et soutenir des projets collectifs de réduction des usages des risques et des impacts des produits phytopharmaceutiques à l’échelle des territoires
Action 22 – Susciter et soutenir des projets collectifs au sein des filières –

Les orientations des projets prioritairement attendus sont présentées en annexe 1 du règlement de l’appel à projets.

Journée d’échanges | Réseaux Territoriaux d’Education à l’Environnement du REEB 2021

Le REEB vous invite à une journée d’échanges et de rencontres, dédiée aux membres des réseaux d’Éducation à l’Environnement existants, aux membres du projet de Centres de Ressources Territoriaux et aux membres de la liste de diffusion des Réseaux du REEB, le lundi 22 novembre 2021 à la l’éco-centre La Bigotière à Epiniac (35).

Les objectifs de la journée :
– Favoriser le partage d’expériences entre réseaux territoriaux d’EE bretons
– Connaître l’éco-centre (origine, fonctionnement, description, freins/leviers)
– Connaître les actualités et les dynamiques locales
– Partager et diffuser une ambition commune : le CDRTT

Programme :
09h30 | Accueil
10h00 | Comment développer notre ambition régionale de Centres de ressources Territoriaux des Transitions ?
11h00 | Découverte de l’éco-centre de la Bigotière à l’initiative de l’association « Le Fil vers… »
12h30 | Repas tiré du sac
14h00 | Actualité des réseaux
14h45 | Présentation du projet événementiel du REEB à destination du grand public dans les territoires bretons en 2022
16h20 | Conclusion
16h30 | Fin de la journée

Atelier photographique porté par l’Observatoire de l’environnement en Bretagne

Vous portez un Observatoire Photographique du Paysage ? Vous souhaitez améliorer la qualité de vos images ?
Dans le cadre des ateliers-formations autour de la POPP-Breizh et des OPP Bretons, l’Observatoire de l’environnement en Bretagne organise un atelier sur la prise de vue photographique. Les deux artistes photographes, Lise Gaudaire et Guillaume Bonnel, apporteront théories et concepts à appliquer sur le terrain.

Les rencontres bretonnes de l’arbre

Le 25 novembre 2021 auront lieu les premières Rencontres Bretonnes de l’Arbre, organisées par Bruded et Fibois Bretagne.
Une journée destinée aux réseaux œuvrant pour l’arbre et le bois en Bretagne ainsi qu’aux maîtres d’ouvrages en recherche de retours d’expérience, de contacts et d’idées pour planter, gérer et valoriser les arbres et le bois sur leur territoire.

Au programme : des témoignages d’acteurs locaux et de collectivités, des temps d’échanges et des sujets variés comme la gestion de la qualité de l’eau, la place de l’arbre en ville ou en bourgs pour accroître bien-être et biodiversité, l’utilisation du bois d’œuvre localement pour la construction ou l’aménagement, le chauffage par une énergie renouvelable… Car, en effet, l’arbre et le bois sont capables de tout ça et de bien plus encore !

Professionnels, collectivités, agriculteurs, associations : venez faire le plein d’inspiration et de contacts pour que vos projets prennent racines !

Journée départementale du REEB en Finistère (29)

Au REEB, l’automne se prépare avec le retour des journées départementales ! L’objectif de ces rencontres est, comme son nom l’indique, de se retrouver pour faire réseau au plus près de chez vous :

LE PROGRAMME DE LA JOURNÉE

09h00 | Accueil
09h30 | Introduction et présentation de la journée
09h35 | Brise-glace
10h00 | Ce que le REEB a fait en 2020 (missions et actions)
11h30 à 15h30 | Deux ateliers thématiques au choix (entrecoupés par le repas)

Atelier #1 Être animateur ou accompagnateur de projet ?

De plus en plus de dispositifs invitent à faire évoluer le métier d’éducateur à l’environnement : aires éducatives, écoles dehors, éco-délégués, labellisations E3D… nous étions animateurs, nous devenons accompagnateurs de projets. Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’est-ce que cela implique dans la posture et les compétences ? Nous tenterons d’y répondre collectivement à partir des expériences de chacun.e, au travers un déroulement en ateliers dynamiques.

Atelier #2 Faire face aux anxiétés multiples en Éducation à l’Environnement :

L’accélération du changement climatique, le développement de l’éco-anxiété, le sentiment d’urgence à agir, les emplois du temps surchargés, la pression sociétale et cette nouvelle donne qu’est la crise sanitaire renforçant les contraintes… tout cela peut provoquer le mal être au travail chez les éducateurs à l’environnement. Comment garder l’espoir, le sens du travail, la joie d’agir ? Nous tenterons d’y répondre collectivement à partir des expériences de chacun.e, au travers un déroulement en ateliers dynamiques.

15h45 | Partage des résultats de chaque sous-groupe en plénière
16h15 | Les pépites du jour
16h30 | Fin de journée

Journée départementale du REEB en Morbihan (56)

Au REEB, l’automne se prépare avec le retour des journées départementales ! L’objectif de ces rencontres est, comme son nom l’indique, de se retrouver pour faire réseau au plus près de chez vous :

LE PROGRAMME DE LA JOURNÉE

09h00 | Accueil
09h30 | Introduction et présentation de la journée
09h35 | Brise-glace
10h00 | Ce que le REEB a fait en 2020 (missions et actions)
11h30 à 15h30 | Deux ateliers thématiques au choix (entrecoupés par le repas)

Atelier #1 Être animateur ou accompagnateur de projet ?

De plus en plus de dispositifs invitent à faire évoluer le métier d’éducateur à l’environnement : aires éducatives, écoles dehors, éco-délégués, labellisations E3D… nous étions animateurs, nous devenons accompagnateurs de projets. Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’est-ce que cela implique dans la posture et les compétences ? Nous tenterons d’y répondre collectivement à partir des expériences de chacun.e, au travers un déroulement en ateliers dynamiques.

Atelier #2 Faire face aux anxiétés multiples en Éducation à l’Environnement :

L’accélération du changement climatique, le développement de l’éco-anxiété, le sentiment d’urgence à agir, les emplois du temps surchargés, la pression sociétale et cette nouvelle donne qu’est la crise sanitaire renforçant les contraintes… tout cela peut provoquer le mal être au travail chez les éducateurs à l’environnement. Comment garder l’espoir, le sens du travail, la joie d’agir ? Nous tenterons d’y répondre collectivement à partir des expériences de chacun.e, au travers un déroulement en ateliers dynamiques.

15h45 | Partage des résultats de chaque sous-groupe en plénière
16h15 | Les pépites du jour
16h30 | Fin de journée

Journée départementale du REEB en Ille-et-Vilaine (35)

Au REEB, l’automne se prépare avec le retour des journées départementales ! L’objectif de ces rencontres est, comme son nom l’indique, de se retrouver pour faire réseau au plus près de chez vous :

LE PROGRAMME DE LA JOURNÉE

09h00 | Accueil
09h30 | Introduction et présentation de la journée
09h35 | Brise-glace
10h00 | Ce que le REEB a fait en 2020 (missions et actions)
11h30 à 15h30 | Deux ateliers thématiques au choix (entrecoupés par le repas)

Atelier #1 Être animateur ou accompagnateur de projet ?

De plus en plus de dispositifs invitent à faire évoluer le métier d’éducateur à l’environnement : aires éducatives, écoles dehors, éco-délégués, labellisations E3D… nous étions animateurs, nous devenons accompagnateurs de projets. Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’est-ce que cela implique dans la posture et les compétences ? Nous tenterons d’y répondre collectivement à partir des expériences de chacun.e, au travers un déroulement en ateliers dynamiques.

Atelier #2 Faire face aux anxiétés multiples en Éducation à l’Environnement :

L’accélération du changement climatique, le développement de l’éco-anxiété, le sentiment d’urgence à agir, les emplois du temps surchargés, la pression sociétale et cette nouvelle donne qu’est la crise sanitaire renforçant les contraintes… tout cela peut provoquer le mal être au travail chez les éducateurs à l’environnement. Comment garder l’espoir, le sens du travail, la joie d’agir ? Nous tenterons d’y répondre collectivement à partir des expériences de chacun.e, au travers un déroulement en ateliers dynamiques.

15h45 | Partage des résultats de chaque sous-groupe en plénière
16h15 | Les pépites du jour
16h30 | Fin de journée

Journée départementale du REEB en Côtes d’Armor (22)

Au REEB, l’automne se prépare avec le retour des journées départementales ! L’objectif de ces rencontres est, comme son nom l’indique, de se retrouver pour faire réseau au plus près de chez vous :

LE PROGRAMME DE LA JOURNÉE

09h00 | Accueil
09h30 | Introduction et présentation de la journée
09h35 | Brise-glace
10h00 | Ce que le REEB a fait en 2020 (missions et actions)
11h30 à 15h30 | Deux ateliers thématiques au choix (entrecoupés par le repas)

Atelier #1 Être animateur ou accompagnateur de projet ?

De plus en plus de dispositifs invitent à faire évoluer le métier d’éducateur à l’environnement : aires éducatives, écoles dehors, éco-délégués, labellisations E3D… nous étions animateurs, nous devenons accompagnateurs de projets. Qu’est-ce que cela veut dire ? Qu’est-ce que cela implique dans la posture et les compétences ? Nous tenterons d’y répondre collectivement à partir des expériences de chacun·e, au travers un déroulement en ateliers dynamiques.

Atelier #2 Faire face aux anxiétés multiples en Éducation à l’Environnement :

L’accélération du changement climatique, le développement de l’éco-anxiété, le sentiment d’urgence à agir, les emplois du temps surchargés, la pression sociétale et cette nouvelle donne qu’est la crise sanitaire renforçant les contraintes… tout cela peut provoquer le mal être au travail chez les éducateurs à l’environnement. Comment garder l’espoir, le sens du travail, la joie d’agir ? Nous tenterons d’y répondre collectivement à partir des expériences de chacun·e, au travers un déroulement en ateliers dynamiques.

15h45 | Partage des résultats de chaque sous-groupe en plénière
16h15 | Les pépites du jour
16h30 | Fin de journée

Colloque | Le bocage : héritage du passé, témoin du futur

Eau & Rivières organise son colloque régional annuel sur le thème du bocage, héritage du passé, témoin du futur.

Après une entrée historique issue de travaux de recherche, seront exposées : la valorisation des multiples services rendus par les haies et l’évaluation du programme régional Breizh bocage. La deuxième partie de cette journée prévoit d’aborder l’aspect biodiversité en lien avec l’aménagement du territoire et les outils développés récemment qui permettront d’assurer à l’avenir une gestion durable des haies.

Ouvert sur inscription à toute personne intéressée. Passe sanitaire obligatoire.
Programme complet : https://www.eau-et-rivieres.org/colloque-bocage

AMI – Développements en matière de surveillance et d’évaluation de l’état des milieux aquatiques dans le cadre des directives européennes (4ème session)

L’Office français de la biodiversité (OFB) lance la 4ème édition de l’appel à manifestations d’intérêt (AMI) « Développements en matière de surveillance et d’évaluation de l’état des milieux aquatiques dans le cadre des directives européennes » dans l’objectif de cofinancer des projets permettant d’améliorer la surveillance et l’évaluation de l’état des milieux aquatiques français dans le cadre de plusieurs directives européennes dont la DCE, la DCSMM et la DHFF.

Cet AMI est destiné à toute entité publique ou privée (ou un ensemble de partenaires réunis en consortium) intéressée pour proposer un projet visant à améliorer la surveillance et l’évaluation de l’état des milieux aquatiques continentaux, littoraux et marins dans le cadre de différentes directives européennes dont la directive cadre sur l’eau (DCE), la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin (DCSMM) et la Directive Habitats Faune Flore (DHFF). Une attention particulière sera portée à la cohérence inter-directive.

Les projets devront apporter de nouveaux éléments méthodologiques et opérationnels permettant d’améliorer la surveillance et l’évaluation des milieux aquatiques visés, et devront répondre à un besoin ou à un groupe de besoins identifiés dans le recueil des besoins « Développements en matière de surveillance et d’évaluation de l’état des milieux aquatiques continentaux, littoraux et marins dans le cadre des directives européennes ». Ce document, téléchargeable ici, a été rédigé par l’OFB avec l’appui du ministère en charge de l’environnement et des instances impliquées dans la bonne mise en œuvre de ces directives.
L’adéquation du projet aux besoins identifiés dans cette note sera prise en compte dans les critères de sélection.

Les projets retenus ne pourront excéder une durée maximale de 3 ans.
Pour les besoins B8 et A.10.f, la bibliographie n’étant pas disponible en ligne, vous retrouverez les documents cités dans la partie « Documents à télécharger » sous format zip.

Appel à participation – Tester l’application GPAP dédiée à l’entretien des passes à poissons

BGM lance un appel aux collectivités, structures de bassin versant, propriétaires d’ouvrage, … pour tester une application dédiée à l’entretien des passes à poissons : l’application GPAP. L’objectif est de savoir si cette application répond aux attentes et besoins des acteurs bretons avant de la déployer en Bretagne.

Si vous êtes une collectivité, une structure de bassin versant, un propriétaire, … et êtes intéressé(e) pour tester l’application GPAP, contacter l’association BGM : bretagne.grands.migrateurs@gmail.com

Accessible gratuitement, cette application permet à tous de vérifier l’entretien et le fonctionnement d’une passe à poissons. En quelques clics, elle permet d’examiner les points clés d’une ou de plusieurs passes à poissons et de transmettre les informations afin d’alerter rapidement en cas de dysfonctionnement. Celles-ci peuvent également être sauvegardées afin de réaliser un suivi d’un ou de plusieurs dispositifs de franchissement.

Pour que chacun puisse apprécier facilement l’état d’un ou plusieurs dispositifs de franchissement piscicole sur le terrain, LOGRAMI a développé l’application mobile GPAP sur le bassin de la Loire. L’application GPAP a été créée dans le cadre de l’appel à projets biodiversité de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne et soutenue par la Fédération nationale de la Pêche en France.
Pour télécharger l’application : https://gpap.logrami.fr/

 

[Vidéo] Trois mousquetaires pour le bocage breton

#biodiversitéBZH, le portrait : Timothée Scherer, Jacques Baudry et David Rolland

Ce sont trois hommes particulièrement attachés à leurs paysages que nous sommes allés rencontrer au nord de la Bretagne. Depuis 2014, et dans le cadre du Projet de Territoire d’Eau du Bassin Versant de la Vallée du Léguer, les équipes de Lannion-Trégor Communauté, de l’INRAE Bretagne-Normandie et de la Fédération départementale des chasseurs des Côtes d’Armor travaillent sans relâche pour préserver la biodiversité du bocage breton. Pour comprendre comment Timothée Scherer, Jacques Baudry et David Rolland travaillent ensemble pour accompagner les exploitant·e·s agricoles dans la gestion durable des haies, rien de mieux qu’une rencontre en direct sur leur terrain d’action. Suivez-nous !

Classes Eau-Biodiversité Collèges en Côtes d’Armor – Année 2021-2022

L’appel à projets « Classes eau-Biodiversité collèges en Côtes d’Armor » a pour objectif de sensibiliser les collégiens, citoyens de demain, aux enjeux de l’eau et de la biodiversité sur l’année scolaire 2021-2022. Le dispositif est ouvert à tous les collégiens des Côtes d’Armor, à toutes les disciplines : scientifiques, littéraires, artistiques, sportives… sur des temps scolaires et périscolaires. Il a pour ambition de faciliter, techniquement et financièrement, les rencontres, les échanges, la mise en place d’ateliers où l’élève est au cœur de l’action.

Rencontre annuelle des Réserves naturelles bretonnes

Cet événement organisé par la Région Bretagne et la DREAL Bretagne, en partenariat avec l’Agence Bretonne de la Biodiversité, vise à réunir les agent·e·s de Réserves naturelles nationales et régionales en Bretagne.

La Rencontre annuelle constitue un temps privilégié pour dresser le bilan des actions portées par les gestionnaires de Réserves et leurs partenaires, partager les actualités et les retours d’expériences, découvrir un territoire par des visites de terrain, mais aussi échanger sur les perspectives du réseau Réserves.

Suite aux échanges d’avril menés en distanciel sur deux matinées, les prochaines rencontres se dérouleront en présentiel les 8 et 9 novembre 2021 :

• La journée du 8 novembre sera consacrée aux rencontres communes des Réserves naturelles nationales et régionales de Bretagne.
• La matinée du 9 novembre permettra aux agent·e·s de se réunir entre RNR d’une part, et entre RNN d’autre part.
Des échanges en salle alterneront avec des sorties terrain sur les deux jours.

RNN du Venec © Emmanuel Holder – Bretagne Vivante

2e BioBlitz du campus de Beaulieu

Comme pour les précédentes éditions, il s’agit d’un « inventaire éclair » de la biodiversité réalisé en 24h et sur le plus de taxons possibles (faune, flore). Cette édition se veut tout aussi naturaliste que les autres, mais nous avons décidé, en partenariat avec les informaticiens et les hydrogéologues de l’université de Rennes 1, d’y incorporer des mesures abiotiques et des expérimentations diverses, par exemple :
– développer des usages innovants de capteurs (par exemple reconnaître les chants d’oiseaux, détecter la pollution lumineuse, etc.)
– tester des nouveaux outils de sciences citoyennes, notamment une application smartphone pour mesurer les nitrates présents dans l’eau
– analyser les effets de l’aménagement-renaturation de la « croix verte » du campus de Beaulieu (à Rennes) grâce a des mesures de paramètres du sol mis en relation avec l’étude de la faune du sol
– et bien d’autres choses encore…

Cet évènement est ouvert à tous les curieux de la nature, sur inscription.

[Nouveau guide] Des leviers d’action pour protéger la Mulette perlière

Une première en Bretagne ! Des Mulettes perlières issues d’une station d’élevage (gérée par la Fédération de pêche du Finistère dans les Monts d’Arrée) survivent en milieu naturel, nous rapporte Bretagne Vivante. Une nouvelle encourageante qui accompagne la publication d’un nouveau guide à destination des professionnel·le·s par l’association naturaliste. Cet ouvrage propose une analyse des habitats favorables à cette « espèce parapluie » en voie d’extinction et des préconisations de gestion afin de restaurer les cours d’eau.

Concours – Capitale française de la Biodiversité 2022 « paysages »

Communes et EPCI bretons, participez au concours « Capitale française de la Biodiversité »

En 2022, le concours « Capitale française de la Biodiversité » portera sur le thème « paysages et biodiversité ». Les collectivités bretonnes (communes et EPCI) engagées dans une approche écologique du paysage, déclinée à toutes les échelles et pour tous les milieux, qu’ils soient urbains ou ruraux sont encouragées à participer.
Depuis 2010, chaque édition du concours valorise des actions exemplaires de préservation de la biodiversité par des communes et intercommunalités.
Les collectivités ont jusqu’au 31 janvier 2022 pour remplir le dossier de candidature. Pour cette nouvelle édition, les collectivités peuvent candidater en mettant en avant leurs actions qui associent mise en valeur des paysages et préservation de la biodiversité : déclinaison des objectifs de qualité paysagère et des trames vertes, bleues, brunes, noires dans les documents d’urbanisme, conception et gestion écologique des espaces de nature, reconquête des paysages agricoles et des délaissés urbains…La recherche de la frugalité dans les opérations d’aménagement et de végétalisation (limiter les apports de terre, végétaux produits localement, colonisation spontanée), l’intervention paysagère au service de la biodiversité et de la fonctionnalité des milieux, les pratiques paysagères participatives associant cadre de vie et enjeux écologiques (lectures de paysage, balades ethnobotaniques, concours ou observatoires photographiques…) seront mises à l’honneur ainsi que les projets interdisciplinaires faisant interagir paysagistes, écologues, sociologues, architectes, géographes…

Le concours désignera au printemps 2022 la Capitale française de la Biodiversité 2022 et les meilleures collectivités par catégorie (villages, petites villes, villes moyennes, grandes villes, intercommunalités).

Cette édition s’inscrit dans l’année de la Haie de l’Office français de la biodiversité et dans la célébration du quinzième anniversaire de la Convention Européenne du Paysage en France.

Capitale française de la biodiversité, c’est aussi :

  • Un dispositif de sensibilisation et de formation des acteurs locaux

Au-delà du concours, Capitale française de la Biodiversité est un dispositif de sensibilisation et de formation pour les collectivités. Le dispositif valorise les bonnes pratiques, les dispositifs d’animation territoriale et favorise des échanges entre acteurs locaux. Que ce soit pour une collectivité pionnière et déjà largement engagée dans des politiques publiques de préservation et de restauration de la biodiversité ou pour une ville ou intercommunalité simplement au début d’une démarche, l’opération Capitale française de la Biodiversité est un outil performant de sensibilisation, d’accompagnement du changement, d’émulation et de soutien collectif.

  • Un accompagnement des collectivités pour candidater
    • Un cycle de webinaires en partenariat avec le CNFPT pour informer et sensibiliser les collectivités.
    • Des événements portés par les partenaires locaux et régionaux dès septembre partout en France, en présentiel dans le respect des mesures sanitaires en vigueur ou en distanciel.
  • Le calendrier
    • 31 janvier 2022 : clôture des candidatures
    • Hiver 2022 : évaluation des candidatures par le comité scientifique et technique du concours
    • Printemps 2022 : organisation de visites de terrain pour les dossiers retenus
    • Mi-juin 2022 : annonce du palmarès et cérémonie de remise des prix

En 2021, 79 communes et intercommunalités ont participé au concours et 79 actions exemplaires ont été retenues pour être publiées au recueil d’actions exemplaires.

Les Ministères de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, l’Office français de la biodiversité (OFB), l’Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France (ARB îdF), l’association Plante & Cité centre d’ingénierie sur la nature en ville, et le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA) sont les organisateurs de ce concours national, auquel sont associés de nombreux partenaires (dont l’Agence Bretonne de la Biodiversité).

Le concours Capitale française de la Biodiversité est placé sous le haut patronage du secrétariat exécutif de la Convention sur la diversité biologique et contribue à l’agenda de l’action pour la nature et les peuples en vue de la COP15 en Chine.

Photo : Jardin au naturel à Pont-Aven © Agence Bretonne de la Biodiversité

Rencontre Végétal Local – Une dynamique bretonne

> Cible: les technIciens bocage et pépiniéristes – porteurs de projet – collecteurs de graines

> Contexte et objectifs

Avec le soutien de l’Office français de la biodiversité, l’Afac-Agroforesteries mène un programme d’actions de développement des filières de végétaux d’origine sauvage et locale pour la reconstitution des trames vertes arborées au travers la marque « Végétal Local ».

Afin de contribuer au développement d’une dynamique « végétal local » à l’échelle bretonne, l’Association des Techniciens de Bassins Versants Bretons (ATBVB) et la Région Bretagne ont organisé cette rencontre à destination de l’ensemble des acteurs de la filière, tels que les techniciens bocage et les porteurs de projet.

Les objectifs de ce temps d’échanges sont les suivants :

Rappeler les enjeux de la marque, faire un point sur la dynamique Végétal Local en Bretagne
Faire le point sur l’actualité Végétal Local
Faire rencontrer et favoriser les échanges entre les techniciens bocage et les porteurs de projet
Échanger et contribuer au développement des filières du Végétal d’origine local en Bretagne
> Modalités et inscription

– Inscription obligatoire jusqu’au mardi 7 septembre dernier délai CLIQUER ICI
– Prévoir un chèque de 15€ à l’ordre de l’ATBVB pour le repas du midi (le paiement e espèce n’est pas accepté)
– Prévoir une tenue pour le terrain (bottes – vêtement de pluie)

> Programme
http://atbvb.fr/event/rencontre-vegetal-local-entre-technciens-bocage-et-porteurs-de-projet-vl

Appel à manifestations d’intérêt – Inter-parcs naturels marins

Dans un objectif de capitalisation des actions de recherche, de développement et d’innovation à l’échelle du réseau des parcs naturels marins et du sanctuaire Agoa, l’Office français de la biodiversité (OFB) lance un appel à manifestations d’intérêt (AMI) pour cofinancer des projets permettant l’amélioration des connaissances en appui à la gestion de ces aires marines protégées.

Cet AMI est destiné à toute entité publique ou privée (ou un ensemble de partenaires réuni en consortium) intéressée pour proposer un projet visant à améliorer les connaissances en appui à la gestion du milieu marin, à l’échelle du réseau des parcs naturels marins et du sanctuaire Agoa et en articulation avec les autres politiques publiques qui s’appliquent aux milieux littoraux et marins au niveau national (notamment, Stratégie nationale pour les aires protégées 2030) ou international (Directives européennes cadre sur l’eau, stratégie pour le milieu marin, habitats-faune-flore et oiseaux…).

Les projets devront apporter de nouveaux éléments méthodologiques et opérationnels permettant d’améliorer la gestion à l’échelle du réseau, de façon adaptée par rapport à l’état de l’art : développement ou adaptation d’indicateurs d’évaluation de l’état des milieux littoraux et marins, des pressions anthropiques qui s’y exercent et de leurs impacts, de l’efficacité des mesures de gestion mises en œuvre…, élaboration de protocoles de collecte de données et définition des stratégies d’échantillonnage, planification ou adaptation de la gestion, mobilisation des acteurs, etc.

Le contenu des projets recherchés, ainsi que les axes thématiques considérés comme prioritaires dans le cadre de cet AMI sont indiqués dans une Note de cadrage scientifique, téléchargeable ci-dessous. L’adéquation du projet aux besoins identifiés dans cette note sera prise en compte dans les critères de sélection.

Les projets retenus ne pourront excéder une durée maximale de 3 ans.
Enveloppe budgétaire et contractualisation

A titre indicatif, l’enveloppe globale consacrée au présent AMI est d’environ 400 000 euros TTC. Quatre à six projets environ pourront être retenus.

Le montant du cofinancement accordé par l’OFB à chaque projet retenu sera au maximum de 80 % du coût total du projet. La décision de cofinancement des projets retenus prendra la forme d’un contrat de marché de recherche et développement, en application de l’article L. 2512-5 du Code de la commande publique.

Jusqu’au 05 septembre 2021 – 23h59 heure de Paris : réception des dossiers de candidature.
Du 06 septembre au 24 septembre 2021 : sélection des projets (analyse scientifique et technique et priorisation). Après examen du dossier, l’OFB pourra demander que celui-ci soit complété ou précisé sur certains points afin de mieux garantir son adéquation aux besoins, au choix des soumissionnaires.

À l’issue de la phase précédente : réponse aux candidats, accord de financement et contractualisation (avec un début des projets à prévoir à partir de mi-décembre 2021 – à titre indicatif).

Appel à projets de recherche – Systèmes agroforestiers, ressources en eau et changement climatique

L’OFB lance un appel à projets de recherche-action en appui à la conception et à la gestion de systèmes agroforestiers dans un contexte de changement climatique.

Il s’agit de s’intéresser à la plus-value des systèmes agroforestiers pour une meilleure gestion des ressources quantitatives et qualitatives en eau et pour une meilleure régulation du climat.

L’OFB souhaite, via cet appel à projets, aider au développement et au transfert d’éléments de connaissance ou de méthodologie pour les acteurs des territoires.

Deux types de projets peuvent être proposés :

• Des études préalables au lancement d’un projet de recherche-action pour une durée de 1 an maximum
• Des projets de recherche-action préalablement construits et impliquant un collectif de travail comprenant scientifiques, acteurs du monde agricole et/ou gestionnaires de territoire pour une durée de 3 ans maximum

Cet appel à projets est ouvert aux personnes morales de droit public ou privé, exerçant ou non une activité économique, ayant nécessairement la qualité d’opérateurs de recherche entouré, pour les projets de recherche-action, de partenaires (consortium ou équivalent) incluant des acteurs du monde agricole (par ex : agriculteurs, organismes agricoles de conseil, instituts techniques, coopératives etc…) et/ou des gestionnaires de territoires (par exemple des gestionnaires d’espaces protégés, des collectivités etc…).

Objet de l’appel :

Deux questions sont traitées dans cet appel à projets :

1/ Quels sont les effets des systèmes agroforestiers (et les pratiques de gestion associées) sur le ou les processus suivants :

• La régulation de la disponibilité en eau et en nutriments des cultures
• Les transferts d’eau et de nutriments dans les sols et vers les cours d’eau lacs, aquifères et réservoirs,
• La thermie (effet micro-climatique de l’arbre/haie)

Les projets pourront s’intéresser en complément à d’autres processus bénéfiques pour l’environnement comme par exemple la réduction des émissions de gaz à effet de serre ou le stockage de carbone, etc… Ils pourront considérer l’échelle de la parcelle et/ou celle du petit bassin versant.

2/ Quels outils, méthodologies et indicateurs de suivi/évaluation tester, améliorer ou développer pour mieux accompagner les acteurs des territoires (monde agricole, collectivités, etc…) dans la mise en place, la conduite de systèmes agroforestiers productifs et résilients ?

Les deux objectifs de l’appel à projet pourront ou non être portés dans un même projet.

• L’ensemble des systèmes agroforestiers français peuvent faire l’objet des projets de recherche, y compris les systèmes agroforestiers d’outre-mer.
• Enveloppe budgétaire et contractualisation

Ce programme est doté d’une enveloppe globale de 360 000 euros permettant de financer des projets à démarrer en 2022.

Le financement de l’OFB ne pourra pas dépasser 80% des dépenses éligibles du projet pour chacun des partenaires.

Pour les personnes morales exerçant une activité économique, l’aide de l’OFB s’évaluera dans le respect de la réglementation communautaire en matière d’aides d’État.

Appel à projets – Atlas de la biodiversité communale (seconde session)

L’Office français de la biodiversité (OFB) renouvelle son appel à projets « Atlas de la biodiversité communale », en engageant une seconde vague de soutien dans le cadre du plan France relance. Les communes et intercommunalités ont jusqu’au 15 octobre pour déposer leur candidature.

Chaque année depuis 2017, l’Office français de la biodiversité propose aux communes et intercommunalités d’identifier les enjeux de biodiversité de leur territoire en réalisant un Atlas de la biodiversité communale (ABC). Grâce à ce dispositif, 273 projets d’ABC impliquant plus de 2 000 communes ont pu voir le jour.

La mise en place de cette cartographie des enjeux de biodiversité à l’échelle locale poursuit plusieurs objectifs :

• Mieux connaître la biodiversité d’un territoire,
• Sensibiliser et mobiliser les élus, les acteurs socio-économiques et les citoyens à la préservation de cette biodiversité,
• Faciliter la prise en compte des enjeux de biodiversité dans les politiques locales d’aménagement et de gestion du territoire.

Un soutien accéléré dans le cadre du plan France relance

Au premier semestre 2021, l’OFB a ainsi mobilisé 8 millions d’euros pour soutenir la réalisation d’Atlas de la biodiversité communale dans le cadre du volet « Restaurations écologiques pour la préservation et la valorisation des territoires » du Plan France Relance, ayant permis le soutien à 115 projets d’ABC en métropole ainsi que dans les départements et régions d’Outre-mer (DROM).

👉 Vous pouvez d’ailleurs découvrir les 7 territoires sélectionnés en Bretagne pour le 1er semestre 2021 ainsi que les premières actions lancées par les lauréats 2020.

En lançant ce 6ème appel à projets ABC, l’OFB souhaite permettre une diffusion aux petites collectivités n’ayant pas pu bénéficier de la dynamique du Plan France Relance, en engageant cette deuxième vague de soutien avec un montant dédié indicatif d’1 million d’euros.
Conditions de l’appel à projets « Atlas de la biodiversité communale » 2021 – 2ème session

Cet appel à projets s’adresse en priorité à l’ensemble des communes et intercommunalités en France métropolitaine et dans les régions ultra-périphériques d’Outre-mer (RUP).

Le plafond maximal de l’aide est fixé à 23 000 euros pour des projets d’une durée maximum de 24 mois ou jusqu’à 36 mois, sous certaines conditions.

Les lauréats seront annoncés en décembre 2021 pour un lancement des projets début 2022.

💡 Vous cherchez des ressources bretonnes, des conseils pour vous aider à constituer votre dossier de candidature ?👉  Retrouvez-les dans un article dédié. 

Enquête – collisions faune-trafic

Le Ministère de la transition écologique (Direction de l’Eau et de la Biodiversité et Direction des Infrastructures de Transport) a confié au Cerema l’évaluation du dispositif portant sur les collisions entre la faune sauvage et les véhicules. Cette évaluation permet notamment de s’intéresser aux démarches locales concernant la connaissance des collisions faune-trafic (ainsi que les actions associées). Il est important de noter que le terme «dispositif» doit être entendu comme la démarche globale sur les collisions, comprenant les relevés sur le terrain, les méthodes de saisie, la gestion et l’analyse des données, leur valorisation et in fine les actions concrètes visant à réduire le nombre de ces collisions.

Pour mener à bien ce travail d’évaluation, nous avons bâti deux questionnaires, l’un orienté collecteur de la donnée collision, l’autre orienté utilisateur de cette donnée.
En fonction de vos activités, nous vous invitons ainsi à remplir, l’un, l’autre, ou les deux questionnaires si vous êtes concernés par la collecte et par l’utilisation de ces données, pour une réponse souhaitée avant le 6 septembre.

Appels à projets – MobBiodiv’Restauration 2021 (seconde session)

L’Office français de la biodiversité lance, dès aujourd’hui, deux appels à projets (AAP) sur la restauration écologique d’écosystèmes dégradés : l’un MobBiodiv’Restauration 2021 – deuxième session, dédié à la restauration des écosystèmes terrestres secs en France métropole et Outre-Mer ; l’autre ReMHOM (Restauration écologique des Milieux Humides en Outre-Mer) dédié aux milieux humides dans les départements et collectivités d’Outre-mer (DROM et COM). Dotés respectivement de 3,5M € (crédits du plan France Relance et de l’OFB) et de 2M € (crédits de l’OFB), ils s’inscrivent dans la volonté de l’OFB d’appuyer des actions locales de restauration de ces écosystèmes.

De plus en plus d’écosystèmes sont menacés par des facteurs anthropiques et climatiques sans précédent. Forêts marécageuses, savanes inondées, landes ou prairies (sèches et humides) ; les différents écosystèmes qui nous entourent peuvent être fragilisés par les pressions qu’elles subissent. Pourtant, ces espaces naturels et semi-naturels offrent de nombreuses fonctions : régulateurs de sécheresses et d’inondations, réservoirs de biodiversité ou encore de carbone. Leur préservation et leur restauration est d’intérêt général, en particulier dans une optique d’adaptation au changement climatique.

Soutenir les porteurs de projets dans leurs actions en faveur de la biodiversité
En lançant conjointement ces deux AAP, l’OFB donne l’occasion à de nombreux porteurs de projets implantés dans l’hexagone et dans les Outre-mer, d’agir en faveur de la biodiversité au travers de ces deux dispositifs :

L’AAP MobBiodiv’Restauration 2021 – deuxième session a pour but de soutenir des projets visant la restauration des écosystèmes terrestres secs, de leurs fonctionnalités et des espèces qui y sont inféodées. Il est mis en œuvre dans le cadre du plan France Relance, en réponse à la mesure « Biodiversité sur les territoires, prévention des risques et renforcement de la résilience ».

Ces deux appels à projets sont complémentaires et chacun d’entre eux acceptera d’inclure, si nécessaire, une petite surface de milieux secs ou humides, lorsqu’elle concourt à l’opération globale de restauration.

Des spécificités d’éligibilité sont prévues pour les collectivités d’outre-mer du Pacifique (annexes 1 des règlements).

Visite technique/Fête de la nature à la pointe de la Garde Guérin

Le Département d’Ille-et-Vilaine propose à ses partenaires institutionnels dans le domaine de l’environnement une visite technique réservée aux professionnels de l’environnement sur l’espace naturel départemental de la pointe de la Garde Guérin à Saint-Briac-sur-Mer (35), à l’occasion de la Fête de la Nature 2021. Cet événement aura lieu le vendredi 24 septembre 2021 matin.

Au programme : la visite se déroule le long d’un parcours de 1h30 de marche et d’échanges pour découvrir le site et l’action du département (organisation de la gestion des espaces naturels sensibles départementaux, politique d’éducation à la nature et l’environnement, liens entre la politique biodiversité et les politiques sociales du Département).
Pour la bonne gestion des consignes sanitaires et de la circulation sur le site, l’inscription est obligatoire.

[rapport] Des pistes pour favoriser la restauration des zones humides

8,8 % de la surface régionale correspond à des zones humides, soumises à de nombreuses modifications et dégradations. Agissant en régulateur, leur rôle peut consister en la régulation quantitative de l’eau et des polluants, à stocker du carbone et à accueillir une biodiversité remarquable. Autant de raisons de protéger ces milieux ! Pourquoi préserver et restaurer ces zones humides ? Quelles pistes pour favoriser leur restauration en Bretagne ? Quels outils utiliser pour atteindre cet objectif ?
Éléments de réponse dans le rapport « les zones humides de Bretagne ; Etat des lieux des altérations et Enjeux de la restauration » coordonné par le Forum des Marais Atlantiques au sein du Réseau sur la restauration des zones humides de Bretagne (RERZH).

Enquête – ARTISAN : Accroître la Résilience des Territoires au changement climatique par l’Incitation aux Solutions d’adaptation fondées sur la Nature

Dans le cadre d’un projet piloté par l’Office Français de la Biodiversité (OFB), intitulé « ARTISAN : Accroître la Résilience des Territoires au changement climatique par l’Incitation aux Solutions d’adaptation fondées sur la Nature » (projet Life intégré, cofinancé par l’Union européenne, le ministère de la Transition écologique et le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales) qui a démarré en fin d’année dernière, pour une durée de 8 ans (2020-2027).
Les bureaux d’études ACTeon environment et Gece mènent actuellement une étude sur les freins et leviers à la mise en œuvre de Solutions d’adaptation fondées sur la Nature (SafN) et souhaiteraient vous interroger à ce sujet. L’expérience que vous avez ou pourriez avoir, en tant qu’entreprises de la filière de l’offre mais également de gestionnaires d’espaces naturels, de collectivités territoriales, de financeurs, etc., en lien avec ce type d’actions, ou encore les besoins que vous pourriez faire remonter nous intéressent particulièrement. Vos réponses serviront à l’OFB et à ses partenaires pour analyser les freins et leviers au déploiement des SafN sur le territoire national (Métropole et Outre-mer).

Pour cela, nous vous proposons de prendre 5 à 15 minutes pour répondre à ce questionnaire en ligne, d’ici le 2 juillet 2021, via le lien suivant : https://cvip.sphinxonline.net/surveyserver/s/gece/LifeArtisan_pro/questionnaire.htm.

Veuillez noter que les résultats de cette enquête seront restitués lors de webinaires dédiés, et du prochain forum ARTISAN (prévu en janvier 2022). Par ailleurs, ce questionnaire s’inscrit en complémentarité avec d’autres enquêtes issues du projet, ceci est mentionné dans l’introduction du questionnaire.
Nous vous serions également reconnaissants de bien vouloir diffuser ce questionnaire au sein de vos réseaux, et/ou vers des personnes qui pourraient être intéressées.

Réduire localement la pollution plastique ♻️

Réduire localement la pollution plastique ♻️

➡️ Participez à cette table ronde dans l’Auditorium d’Océanopolis !

4 millions de tonnes de déchets plastiques entrent chaque année dans la mer par les fleuves et rivières…

Cette conférence – table ronde, organisée par Océanopolis dans le cadre du programme européen Preventing Plastic Pollution, abordera :
➡️ le rôle des différents partenaires du projet pour mieux comprendre et réduire les impacts de la pollution plastique dans l’environnement marin
➡️ Comment changer les comportements des communautés locales et des entreprises ?
➡️ Les mesures concrètes mises en place à l’échelle du bassin versant : des solutions et des alternatives efficaces !

🗣️ Conférenciers :
➡️ Oumayma Boulmirate, Chargée de mission du programme Interreg « Preventing Plastic Pollution » à Brest Métropole
➡️ Stéfanie Isoard, Chargée de mission Natura 2000 et coordinatrice du programme Interreg « Preventing Plastic Pollution » – Syndicat de bassin de l’Elorn
➡️ Rozenn Lhermitte, Coordinatrice du programme Interreg « Preventing Plastic Pollution » – EPAB (Etablissement Public de gestion et d’Aménagement de la Baie de Douarnenez)
➡️ Yann Louboutin, Co-directeur de l’entreprise Fil & Fab
Animée par Tristan Hatin – Responsable de la médiation scientifique et culturelle à Océanopolis.

La conférence sera également diffusée en direct de notre page Facebook et YouTube.
Le programme Preventing Plastic Pollution (PPP)
Pour comprendre et réduire les impacts de la pollution plastique dans l’environnement marin, 18 organisations de France et d’Angleterre s’engagent dans un programme européen : Preventing Plastic Pollution.
Preventing Plastic Pollution (PPP) est un projet du programme INTERREG VA France (Manche) Angleterre financé par l’UE à hauteur de 14 millions d’euros et cofinancé par le Fonds européen de développement régional.
➕ d’infos sur Preventing Plastic Pollution (PPP) : https://bit.ly/3tteJ9o

Appel à volontaire : questionnaire restauration écologique milieux littoraux et marins

Nous cherchons à recueillir les retours d’expériences des gestionnaires des milieux littoraux et marins ayant conduit des actions de restauration écologique passive et / ou active.

L’objectif final est la création d’un outil (plateforme) à destination des gestionnaires d’AMPs, présentant le cadre de la restauration écologique et permettant la capitalisation de ces retours d’expériences.

(Plus d’informations sur le lien)

[Vidéo] Un espace naturel préservé à moins de 20 minutes pour les Bretillien·ne·s

#biodiversitéBZH, le portrait : Jean-François Lebas

C’est au milieu des landes, sur l’un des sentiers d’interprétation de l’Espace Naturel Sensible de la Vallée du Canut que Jean-François Lebas, responsable de la Mission Espaces Naturels et Paysages pour le Département Ille-et-Vilaine, nous a donné rendez-vous. Son objectif : acculturer les Bretilliens et Bretilliennes à la question de la biodiversité.

[Conférence] Accélérer la reconquête de la biodiversité en Bretagne 🍃

Accélérer la reconquête de la biodiversité en Bretagne 🍃

La Bretagne n’échappe pas au phénomène planétaire d’érosion de la biodiversité́. 65 % des 17 espèces d’oiseaux marins nicheurs sont ainsi menacées de disparition, quand 30 % des espèces de papillons de jour sont désormais en péril au niveau régional. Conscients de l’importance de ce patrimoine naturel en danger, de nombreux acteurs œuvrent depuis longtemps à sa préservation en Bretagne. Si certaines démarches engagées ont démontré́ leur efficacité́, il est toutefois devenu urgent et impératif de multiplier les actions participant à la sauvegarde de ce bien commun et d’accélérer leur mise en œuvre. C’est la raison d’être de l’Agence Bretonne de la Biodiversité, créée l’année dernière et qui a déjà enclenché plusieurs actions en mobilisant la « communauté #biodiversitéBZH », rassemblant les acteurs du monde professionnel (collectivités, entreprises, associations, …) motivés par les enjeux de la biodiversité bretonne et prêts à passer à l’action. Cet échange sera l’occasion de comprendre qu’elle peut être l’impulsion d’une structure comme l’Agence Bretonne de la Biodiversité à l’échelle de notre région. L’équipe de l’Agence travaille à Brest.

Conférencier :
🗣️ Florent Vilbert, Directeur de l’Agence Bretonne de la Biodiversité
Originaire des Côtes d’Armor, Florent Vilbert a passé une dizaine d’années dans de grandes entreprises industrielles, avant de revenir en Bretagne travailler à l’animation de réseaux d’acteurs de l’innovation. Passionné par les questions environnementales, il dirige aujourd’hui l’Agence Bretonne de la Biodiversité, interface partenariale entre les acteurs bretons de l’environnement et le reste du monde professionnel. Financée par l’Etat et la Région Bretagne, l’Agence rassemble les acteurs de la communauté #biodiversitéBZH et organise l’accompagnement des porteurs de projets contribuant à la reconquête de la biodiversité bretonne.

Aires éducatives 2021-2022

65, c’est le nombre d’aires éducatives en Bretagne.  

Deux actualités majeures à ne pas louper ! 

L’inscription à la démarche
Votre école souhaite participer ?
Les inscriptions pour rejoindre la démarche « Aire éducatives » sont désormais ouvertes. Les dossiers peuvent être déposés du 14 avril au 20 septembre sur la plateforme aires éducatives. 

Quelles soient marines ou terrestres, les Aires éducatives permettent à des élèves de cycle 3 (CM1, CM2 et 6ème) et 4 (5ème, 4ème et 3ème) de s’approprier et de gérer de manière participative une portion de littoral, de zone humide, de forêt, de rivière, de parc urbain… avec leur enseignant et un acteur de la sphère de l’éducation à l’environnement.  

Le financement des projets  

Pour l’année scolaire 2021-2022, l’Office français de la Biodiversité propose un soutien financier pour les projets d’aires éducatives en cours ou souhaitant se lancer.

La date de clôture pour soumission de votre dossier est le 20 septembre 2021.
Plus d’infos sur l’appel à projets

Cet appel à projets est destiné aux porteurs de projet aires éducatives (enseignant·e·s et référents).
Il a pour vocation de faciliter l’amorçage et le déploiement de nouvelles aires éducatives ainsi que le soutien aux projets déjà existants en finançant en particulier les interventions des structures qui accompagnent les projets (structures « référentes »). 

Pour tout savoir sur les Aires éducatives en Bretagne. 

 

Crédits photos : Sortie pêche pour l’école du Forestou, crédits : Yann Souche / OFB

Requin taupe commun : un financement participatif pour des actions pédagogiques

Jusqu’au 31 mai, vous pouvez participer à la campagne de financement participatif de l’APECS. Votre don servira à financer le volet pédagogique du projet LAMNA, sur le requin taupe commun dans les eaux de Manche ouest. Ce projet a une démarche à la fois scientifique, novatrice, participative et éducative. La somme collectée permettra de faire découvrir le requin taupe dans des écoles des Côtes d’Armor, de créer avec des classes des supports pédagogiques à destination du grand public, mais aussi, de financer la réalisation d’un film documentaire sur cette espèce méconnue et menacée.

Ce projet pédagogique a été sélectionné par le collectif « Ensemble pour la biodiversité » dans la catégorie « Rivière et Océan », en raison de son intérêt pour la préservation de la biodiversité marine. En soutenant ce projet, vous aiderez à concrétiser ces actions éducatives et créatives, essentielles à une conservation pérenne du requin taupe commun.

L’APECS vous donne RDV sur la plateforme Helloasso (http://bit.ly/APECS-RequinTaupe) pour découvrir le projet et si possible le soutenir.
Les particuliers pourront bénéficier d’une réduction d‘impôt à hauteur de 66% du montant du don, dans la limite d’un plafond égal à 20 % du revenu imposable, et les entreprises à hauteur de 60%.
De nombreuses contreparties sont également prévues pour remercier les donateurs.

L’équipe de l’APECS remercie la communauté #biodiversitéBZH pour son soutien.

Ensemble pour le Gravelot et ses comparses !

Avis aux collectivités littorales bretonnes ! Avec le printemps, les oiseaux nicheurs reviennent de leurs quartiers d’hivernage africains pour se reproduire sur le littoral. Voyons comment, ensemble, nous pouvons protéger ces oiseaux…  

Emission O – Plastiques, changeons nos pratiques !

Venez participer à l’émission « Plastiques, changeons nos pratiques » ♻️ animée par Tristan Hatin, responsable médiation et culture scientifique à Océanopolis. 👨‍🔬

Cette émission interactive et tout public sera l’occasion d’en apprendre plus sur la pollution plastique dans l’Océan. 🌊 Tristan vous fera découvrir tous les mystères que peut contenir une goutte d’eau de mer à travers un microscope ! 🔬

🔎 Au programme de cette émission avec Tristan :
➡️ Observons ensemble une goutte d’eau et ses mystères
➡️ Qu’est-ce que sont les microplastiques ?
➡️ Quels sont les impacts des microplastiques sur les organismes marins ?
➡️ Que peut-on faire à notre échelle pour réduire la pollution plastique et ses impacts ?

L’émission dure 20 minutes et vous pourrez interagir durant toute l’émission avec Tristan ! La fin de l’émission sera consacrée aux questions des plus curieux.

📅 Rendez-vous sur la plateforme connectée des e-classes d’Océanopolis à 14h ce vendredi ➡️ https://les-eclasses.oceanopolis.com/b/oce-99v-9r2
Océanopolis est engagé dans le projet européen « Preventing Plastic Pollution ». Preventing Plastic Pollution (PPP), un projet du programme INTERREG VA France (Manche) Angleterre.
Pour ➕ d’infos : https://bit.ly/3tteJ9o

#plasticpollution #PollutionPlastique #PreventingPlasticPollution #PPP #INTERREG #ocean #plasticfree #earthday #JourdelaTerre #JourdelaTerre2021

Le Tour… des espaces naturels

La Bretagne a la chance d’accueillir les quatre premières étapes du Tour de France 2021.
Nous aimons le Tour car il est annonciateur de la belle saison, il incarne l’esprit de compétition et… il nous fait redécouvrir tous les ans la beauté des paysages de notre pays. A propos, voici justement un rapide aperçu des principaux espaces naturels protégés et territoires bretons qui vont être bientôt traversés par les athlètes !

Formation malle pédagogique « Ensemble, jardinons au naturel » (22)

Formation malle pédagogique « Ensemble, jardinons au naturel » (1jour) [complet]

Vous travaillez ou souhaitez travailler avec des publics autour du jardin, venez découvrir la malle pédagogique.

Programme :
Cette malle est un outil complet d’animation, de démonstration et d’information pour sensibiliser, informer et accompagner une réflexion autour du jardin au naturel. Elle s’adresse à différents publics : famille, groupe en formation, collectif d’habitants, jeune public à partir de 5 ans. Elle s’utilise en intérieur ou en extérieur.
Lors de cette formation, vous expérimenterez les différentes activités pédagogiques des 3 modules : « Imaginer et concevoir son jardin », « Sol vivant » et « Biodiversité au jardin », et aborderez les manières de l’utiliser avec vos publics.

Méthodes :
• Alternance entre apports théoriques et activités pratiques,
• Expérimentation d’activités pédagogiques présentes dans la malle « Ensemble jardinons au naturel » et d’activités en extérieur.

Mardi 8 juin 2021, de 9h30 à 16h30 à Plouer sur Rance (22)
[journée identique à celle proposée le 19 avril à Rennes (35)]

• Formateurs : Bretagne Vivante et Eau et Rivières de Bretagne
• Durée : 1 journée (base)
• Public : directeur-trice et animateur-trice d’accueil collectifs de mineurs, périscolaires, centres sociaux, maison de quartier, MJC…
• Frais : les frais pédagogiques sont pris en charge dans le cadre d’un programme de formation financé par la fédération bretonne des CAF et par le programme NATURES. Les frais de repas et de transport sont à la charge du participant.

Inscription en ligne : (vendredi 28 mai 2021) : https://framaforms.org/formation-ensemble-jardinons-au-naturel-1614000150

Formation malle pédagogique « Ensemble, jardinons au naturel » (35)

Formation malle pédagogique « Ensemble, jardinons au naturel » (1jour)

Vous travaillez ou souhaitez travailler avec des publics autour du jardin, venez découvrir la malle pédagogique.

Programme :
Cette malle est un outil complet d’animation, de démonstration et d’information pour sensibiliser, informer et accompagner une réflexion autour du jardin au naturel. Elle s’adresse à différents publics : famille, groupe en formation, collectif d’habitants, jeune public à partir de 5 ans. Elle s’utilise en intérieur ou en extérieur.
Lors de cette formation, vous expérimenterez les différentes activités pédagogiques des 3 modules : « Imaginer et concevoir son jardin », « Sol vivant » et « Biodiversité au jardin », et aborderez les manières de l’utiliser avec vos publics.

Méthodes :
• Alternance entre apports théoriques et activités pratiques,
• Expérimentation d’activités pédagogiques présentes dans la malle « Ensemble jardinons au naturel » et d’activités en extérieur.

Lundi 17 mai 2021, de 9h30 à 16h30 à l’Ecocentre de la Taupinais à Rennes (35)
[journée identique à celle proposée le 8 juin à Plouer sur Rance (22)]

• Formateurs : Bretagne Vivante
• Durée : 1 journée (base)
• Public : directeur-trice et animateur-trice d’accueil collectifs de mineurs, périscolaires, centres sociaux, maison de quartier, MJC…
• Frais : les frais pédagogiques sont pris en charge dans le cadre d’un programme de formation financé par la fédération bretonne des CAF et par le programme NATURES. Les frais de repas et de transport sont à la charge du participant.

Inscription en ligne : (avant le vendredi 9 avril) : https://framaforms.org/formation-ensemble-jardinons-au-naturel-1614000150

Rencontre entre les associations et l’équipe de l’Agence Bretonne de la Biodiversité

FNE-Bretagne vous invite à une visio-rencontre avec l’équipe de l’Agence Bretonne de la Biodiversité le jeudi 11 mars à 14h00.

L’ABB a été créée en janvier 2020, et mène avec son équipe un beau projet qu’est celui de la préservation et la reconquête de la biodiversité en Bretagne. Elle y associe de nombreux acteurs, dont les associations de protection de la nature et d’éducation à l’environnement.

Le jeudi 11 mars, il est proposé d’avoir un échange direct entre les associations (bénévoles et salariés) et l’équipe de l’ABB, pour mieux connaître l’établissement, et engager des synergies en faveur de la biodiversité.

Appel à Projets BREIZH BIODIV « Biodiversité et forêt »

Il s’agit du premier appel à projets financé par Breizh Biodiv, fondation dédiée, via du mécénat environnemental, au financement de projets d’intérêt général menés localement en faveur des transitions écologiques et énergétiques de la Bretagne.
Cet appel à projets et à expérimentations « Biodiversité et forêt » a une volonté d’ouverture sur des projets innovants dans la perspective de garantir les capacités d’adaptation de notre patrimoine forestier et la biodiversité qu’il abrite (exceptionnelle comme ordinaire)
Objectifs :
– Assurer la pérennisation et le développement de la surface forestière en Bretagne ;
– Préserver et restaurer la biodiversité en forêt ;
– S’adapter au changement climatique avec des projets en faveur de l’arbre en ville et de lutte contre les îlots de chaleur urbain ;
– Promouvoir la séquestration de carbone par la réalisation de nouvelles plantations forestières durables et résilientes

Vidéo de présentation : https://playplay.com/app/share/region-bretagne/15cn5pnbuofsogli

AMI – Analyse de l’impact des pressions sur les habitats marins des sites Natura 2000

Dans le cadre du projet LIFE intégré Marha, l’Office français de la biodiversité (l’OFB) lance un appel à manifestation d’intérêt afin d’identifier des partenaires pour la mise en œuvre de projets, entrant dans le périmètre de la recherche et développement. Les projets devront contribuer à améliorer les connaissances des impacts des pressions anthropiques sur les habitats marins par la mise en place de sites ateliers pour l’analyse quantitative de couples pression/habitat au sein de sites Natura 2000 marin de la DHFF.

Activités concernées

Les principales activités éligibles à l’AMI sont les activité(s) et aménagement(s) maritime(s) hors pêche et aquaculture professionnelle et/ou terrestre(s) telles que à titre d’exemple :

  • L’extraction de granulats ;
  • Le rechargement de plages ;
  • La pêche de loisir dont la pêche à pied ;
  • La plongée sous-marine.

Projet multi-partenarial

Volonté de formaliser un projet multi-partenarial actif entre :

  • un gestionnaire de site Natura 2000 ;
  • un laboratoire scientifique spécialisé en écologique benthique et/ou d’une pression ;
  • un ou des représentants d’activités ou des usagers concernés.

Calendrier

Pour l’année 2021, la date limite de dépôt de dossier est fixée au 15 avril 2021 minuit, heure de Paris. Les projets retenus pourront être annuels ou pluriannuels, et devront se terminer au plus tard le 31/12/2023.

Enveloppe budgétaire

A titre indicatif, l’enveloppe globale consacrée au présent appel à manifestation d’intérêt est de 320 000 € TTC pour la durée de cet AMI.
L’ensemble des projets sélectionnés au titre de la session 2021 sera financé au maximum à hauteur de 293 000 € TTC.
Le montant du financement accordé par l’OFB à chaque projet retenu sera au maximum de 70% du coût total du projet, avec un plafond fixé :
–        A 110 000 € TTC pour un projet répondant aux critères développés dans le règlement ci-joint et incluant l’acquisition de données ;
–        A 40 000 € TTC pour un projet répondant aux critères développés dans le règlement ci-joint et n’incluant pas l’acquisition de données nouvelles et se basant sur l’analyse de données existantes.

Modalités de candidature
Le dossier est téléchargeable ci-dessous, et la candidature devra être adressée par mail à l’adresse life.marha.ami@ofb.gouv.fr, avec en objet « Candidature AMI analyses pressions-habitats – C4 ».

Crédit photo : Algues dans l’archipel de Molène © Livier Schweyer / Office français de la biodiversité

Biodiversité et société : conférence-débat

Nous organisons un temps de débat et d’échange autour de la récente étude CESER “Biodiversité et Société en Bretagne, cultivons les interactions”.
Sylvie Magnanon, représentante de Bretagne Vivante au CESER animera ce temps inter-associatif, elle témoigne :
“Je vous propose de vous présenter l’étude du CESER sur la biodiversité et d’en débattre avec vous, je pense qu’elle peut nourrir les réflexions des associations de protection de la nature en termes de stratégie et d’actions à mener.”

[Wetlands] Compter et connaître les oiseaux pour préserver la biodiversité

#BiodiversitéBZH, le portrait : Margaux Ruiz

Elle est ornithologue, chargée de mission au GEOCA, Groupe d’Études Ornithologiques des Côtes-d’Armor. C’est dans le cadre du comptage annuel « Wetlands », l’un des plus grands programmes de sciences participatives, que nous sommes allé·e·s rencontrer Margaux Ruiz. Portrait d’une jeune femme engagée.

Biodiversité et plan de relance : un coup de pouce pour les territoires !

L’appel à projets « Atlas de la Biodiversité Communale » (ABC), véritable tremplin vers le verdissement de votre projet de territoire revient en 2021. Il est l’un des dispositifs phares de soutien aux communes et intercommunalités désireuses de cartographier la biodiversité (faune, flore, habitats) sur leurs territoires et ainsi la préserver.
Territoires bretons, vous souhaitez participer jusqu’au 15 mars 2021 ? Cet article vous apportera les infos, ressources utiles et expériences inspirantes à consulter avant de vous lancer !

Rencontre annuelle des Réserves naturelles bretonnes

Cet événement organisé par la Région Bretagne et la DREAL Bretagne, en partenariat avec l’Agence Bretonne de la Biodiversité, vise à réunir les agent·e·s de Réserves naturelles nationales et régionales en Bretagne.

La Rencontre annuelle constitue un temps privilégié pour dresser le bilan des actions portées par les gestionnaires de Réserves et leurs partenaires, partager les actualités et les retours d’expériences, découvrir un territoire par des visites de terrain, mais aussi échanger sur les perspectives du réseau Réserves.

Exceptionnellement en 2021, en raison du contexte sanitaire, cette rencontre se déroulera en deux temps : en visioconférence les matinées du jeudi 1er et vendredi 2 avril, puis en présentiel à l’automne 2021 (dates communiquées prochainement).

Crédits photo : RNN du Venec © Emmanuel Holder – Bretagne Vivante

Sciences participatives mer & littoral : éducation à la mer, transition écologique et transformation sociale

Le Réseau d’Education à l’Environnement en Bretagne (REEB) et le Collectif Vigie Mer (CVM) s’associent pour vous proposer deux journées en ligne dédiées aux sciences participatives mer & littoral les 22 et 23 mars 2021.
Venez partager, apprendre et collaborer autour des thématiques de l’éducation à la mer, de la transition écologique et de la transformation sociale. Nous vous préparons un événement interactif et convivial que nous souhaitons utile et stimulant !
Partenaires financiers : Agence de l’eau, Région Bretagne, OFB, Zone Atelier Brest Iroise

Inscrivez-vous !

Biodiv’Bretagne : la plateforme des données naturalistes est lancée !

Depuis le 10 décembre, la plateforme des données naturalistes en Bretagne est en ligne. Son nom ? Biodiv’Bretagne. Sa vocation ? Permettre aux professionnel·le·s (collectivités locales, établissements publics, universitaires, aménageurs, bureaux d’études…) et aux citoyen·ne·s de se renseigner sur la présence d’espèces et de les localiser sur une carte, a minima à l’échelle d’une commune.

[Artificialisation des sols] retour en vidéo sur le colloque d’Eau et rivières de Bretagne

Le 20 novembre, Eau et rivières de Bretagne a animé un colloque en ligne sur l’artificialisation des sols (et on y était !). Les sols, késako ? Quelles sont leurs multiples fonctions (notamment de réservoir de biodiversité) ? Les impacts de l’artificialisation des sols sur la biodiversité ? Les outils pour les préserver ? Autant de questions soulevées dans ce webinaire que l’association environnementale met à disposition de tou·te·s.
A consulter et partager sans modération !

Webinaire | Les poissons migrateurs

Eau & Rivières de Bretagne organise le jeudi 17 décembre (9h30 – 12h30) un webinaire sur les poissons migrateurs en partenariat avec Bretagne Grands Migrateurs.

Cette demi-journée sera l’occasion de faire le point sur la biologie et l’état des populations de saumons, anguilles, aloses et lamproies.

Sur inscription, par courriel : crir@eau-et-rivieres.org

Webinaire | L’artificialisation des sols

Eau et Rivières de Bretagne transforme son colloque annuel en webinaire. Il aura lieu vendredi 20 novembre, de 10h à 12h et de 14h à 16h.

Le thème ? L’artificialisation des sols : la sobriété foncière et écologique à l’épreuve du développement économique et urbain. Dans un contexte de changement climatique, d’érosion de la biodiversité et de débats autour de la souveraineté alimentaire, l’enjeu est plus que d’actualité !
Six intervenants balaieront cette thématique au fil de la journée.

La conférence en ligne est ouverte à tous, sur inscription et est à prix libre.
Inscription obligatoire à la page suivante : https://www.helloasso.com/associations/eau-rivieres-de-bretagne/evenements/webinaire-l-artificialisation-des-sols-en-question

De la fougère aux granulés de chauffage, quand une entreprise et une réserve naturelle travaillent main dans la main

#BiodiversitéBZH, le portrait : Typhaine Fox

Typhaine Fox, cheffe d’entreprise et entrepreneuse engagée nous a donné rendez-vous au Cap d’Erquy, dans les Côtes-d’Armor sur les sentiers côtiers du GR34. Nous sommes parti·e·s cet été à la rencontre d’une plante dite “envahissante” que l’on ne connaît que trop peu ; et c’est au milieu de ce dédale de verts, entre grès rose, ajoncs et bruyères que nous avons redécouvert l’or vert de Typhaine : la fougère.  

5ème conférence des partenaires de l’Observatoire de l’environnement en Bretagne

L’OEB organise sa 5ème conférence des partenaires sur le thème « L’observation au service de la résilience des territoires ». Cet événement a pour objectifs d’informer et d’échanger à propos des activités d’observation et des connaissances liées à l’environnement.

Cette édition se déroulera intégralement en ligne, sur deux demi-journées :
• Mardi 17 novembre, de 9h30 à 12h30.
Séance plénière : « L’observation au service de la résilience des territoires »
• Mardi 1er décembre, de 9h30 à 12h30.
Forum de l’observation

Journée d’échanges sur les atlas culturels

« Un atlas pour reconnecter nature et culture ? » C’est le thème de cette journée d’échanges organisée par Eau & Rivières de Bretagne et la Région Bretagne, qui ont initié une démarche pour créer l’atlas culturel d’une rivière.
Interventions du service de l’inventaire et du patrimoine de la Région ; de Bretagne culture diversité et de la Scop Cuesta + ateliers et sortie sur l’Odet.
Inscription obligatoire : communication@eau-et-rivieres.org

Rencontre des observatoires photographiques du paysage de l’Ouest

La rencontre des observatoires photographiques du paysage (OPP) de l’Ouest, intitulée « Il était une fois dans l’Ouest, les OPP bretons » se tiendra les 15 et 16 octobre 2020 à Vannes.
Cet évènement, à l’initiative du Parc Naturel Régional du Golfe du Morbihan pour les 15 ans de son OPP, est organisé en collaboration avec l’Observatoire de l’environnement en Bretagne.

La protection de la faune sauvage ou quand les piafs nous volent dans les plumes

#BiodiversitéBZH, le portrait : Didier Masci

Son engagement est né avec le naufrage du pétrolier Erika. Didier Masci est alors face à la mer et face à lui-même. Puisque beaucoup ferment les yeux, l’écologiste décide de les ouvrir. Le quinquagénaire fait même plus : il crée un centre de protection de la faune sauvage pour ce qu’il nomme avec amour, ces « drôles de piafs ».
En quelques années, l’association Volée de Piafs fait son nom auprès des Breton·ne·s.
Mais devant l’afflux des animaux en détresse, quid des moyens pour tenir et des considérations envers le travail nuit et jour des soignants ?
En 2020, ce n’est plus simplement un appel à l’aide, mais bien un appel à l’engagement des élu·e·s et des entreprises qui souhaiteraient soutenir le vivant.

 

 

Le secret des fougères • Eizhy

On vous invite à rencontrer une jeune entreprise qui a élu domicile sur les terres-plein iodés au coeur des landes bretonnes. Ici, on réutilise les fougères et on produit un matériau ressources à partir de biodéchets. En direct des Côtes d’Armor, vous découvrirez comment se monte étape par étape, un produit d’innovation en économie circulaire ainsi que son réseau de distribution.

3 raisons de participer à cette visio-expédition :
🔦 découvrir les coulisses d’une initiative éco-circulaire bretonne
🌿 comprendre le quotidien d’une entreprise engagée pour la biodiversité
💪 identifier les étapes essentielles pour fédérer un réseau de distribution autour d’un nouveau produit

Communes et EPCI bretons, participez au concours « Capitale française de la Biodiversité »

En 2021, le concours « Capitale française de la Biodiversité » portera sur le thème « eau et biodiversité ». Les collectivités bretonnes (communes et EPCI) qui agissent dans la gestion écologique de la ressource en eau sur les territoires sont encouragées à participer.
Depuis 2010, chaque édition du concours valorise des actions exemplaires de préservation de la biodiversité par des communes et intercommunalités.
Les collectivités ont jusqu’au 31 janvier 2021 pour remplir le dossier de candidature.