[Recueil méthodo] Territoires bretons, comment (bien) débuter votre démarche de reconquête de la biodiversité !

Publiée le 29 mars 2021

« Bien sûr, nous aimerions faire quelque chose pour la nature, mais comment nous y prendre ? ».
Telle est la question qui traverse nombre d’acteurs publics bretons car il peut sembler complexe de concilier reconquête de la biodiversité et attractivité du territoire. Afin de les accompagner dans la structuration de leur démarche, un collectif régional signe un outil pratique baptisé « Recueil méthodologique : projets territoriaux en faveur de la biodiversité ».
En prise avec la réalité du terrain, il se veut concret, réaliste et basé sur des exemples 100% bretons. Explications.

Formation sur la TVB animée par l'URCPIE Bretagne et présentation d'outils de terrain / CPIE Pays de Morlaix-Trégor © Géraldine Gabillet

« Est-il vraiment possible de concilier notre développement économique avec la préservation et même la reconquête – des milieux naturels ? » « Comment engager nos politiques publiques en faveur de la biodiversité ? » Ces questions, bien légitimes, traversent actuellement tous les acteurs publics bretons (métropoles, communautés de communes ou d’agglomérations, communes, etc.). Parfois « démunis » face à la question de la biodiversité, ces derniers sont également conscients de l’urgence qu’il existe à prendre en compte les enjeux environnementaux à l’échelle de leur territoire. Mais alors comment faire ? Comment se lancer ? Concerter ? Financer ? Élaborer son plan d’actions ? C’est à toutes ces interrogations que souhaite répondre le « Recueil méthodologique : projets territoriaux en faveur de la biodiversité ». Porté d’une seule voix par un collectif régional constitué de la Région Bretagne, l’Office français de la biodiversité (OFB), la DREAL Bretagne et l’Agence Bretonne de la Biodiversité, ce recueil est un guide pratique au service des acteurs locaux, visant à partager des outils méthodologiques, le tout illustré par 28 cas concrets et 14 fiches outils. Car rien n’existe sans être éprouvé par la pratique. L’outil, de près de 300 pages, s’organise selon deux niveaux de lecture :

Approche transversale

Au niveau régional, la Bretagne compte 333 espèces menacées (soit 21 % des espèces évaluées et au statut connu), parmi lesquelles 69 espèces d’oiseaux et 214 espèces de plantes. Mais si la situation de la biodiversité, en Bretagne comme partout dans le monde, est préoccupante, ce recueil ne vise nullement à culpabiliser les collectivités. Au contraire, il se veut un outil transversal, visant à intégrer la biodiversité dans toutes les politiques publiques en mesure de l’impacter : gestion et aménagement des espaces publics, urbanisme, agriculture, entretien des accotements routiers, etc. « Plus on est acteur de sa biodiversité, plus on la connait et on la comprend… Et moins on la subit », confirme Gaëlle Namont, chargée de la Trame Verte et Bleue (TVB) pour la Région Bretagne, l’un des acteurs du collectif régional à l’origine du projet. Elle précise « ce recueil est une réponse concrète aux interrogations des acteurs bretons sur la façon dont ils peuvent aborder un projet qui peut sembler complexe, celui de reconquête de la biodiversité ».

Un outil transversal, visant à intégrer la biodiversité dans toutes les politiques publiques en mesure de l’impacter : gestion et aménagement des espaces publics, urbanisme, agriculture, entretien des accotements routiers, etc.

Dans son approche, celui-ci valorise aussi la notion de concertation. Une manière de dire qu’en 2021, la biodiversité doit être abordée de manière décloisonnée, pas seulement entre les murs des institutions. « Quand on souhaite agir contre la pollution lumineuse, on va à la rencontre des acteurs économiques. Quand on vise des actions en faveur du bocage, il s’agit d’intégrer les agriculteur·ice·s », confirme Gaëlle Namont. Imaginé avec l’active participation d’une pluralité d’acteurs régionaux et territoriaux, institutionnels, associatifs ou de la recherche (1), ce mode d’emploi crée un référentiel commun à l’usage de toutes et tous (technicien·ne·s de collectivités, élu·e·s et leurs partenaires : associations naturalistes, bureaux d’études…). Son élaboration préfigurait la création de l’Agence Bretonne de la Biodiversité, établie en 2020. Aujourd’hui, l’Agence a pour mission de le faire vivre sous de multiples formes, en organisant par exemple des ateliers pratiques dans chaque département, visant à en diffuser les contenus ; la première session (finistérienne) aura lieu le 26 mai en partenariat avec le Conseil départemental du Finistère. « Dès 2022, l’ouvrage sera d’ailleurs enrichi de nouveaux projets. Ce recueil est un véritable lingot d’or et il faut maintenant en faire bénéficier tous les acteurs souhaitant s’engager en faveur de la biodiversité bretonne » conclut Florent Vilbert, directeur de l’Agence Bretonne de la Biodiversité.




ZOOM SUR 2 PROJETS INTÉGRÉS AU RECUEIL MÉTHODO

Parmi les 42 fiches pratiques du recueil, on retrouve des échelles diverses de projets et d’outils. À titre d’exemple, en ce qui concerne les retours d’expériences, citons celui mené par Lamballe Terre & Mer et son partenaire Viv’Armor afin de cartographier des habitats ou encore celui de la Commune de Saint-Lunaire, visant à constituer une charte « Bio-Divers-Cité » pour mobiliser les habitant·e·s sur l’accueil de la biodiversité dans les jardins privés. On retrouve aussi des fiches techniques présentant des outils méthodologiques disponibles pour les territoires bretons. On vous propose de découvrir deux projets en particulier.

La cartographie des grands types de végétation : un outil de base pour la Bretagne
La cartographie des grands types de végétation : un outil de base pour la Bretagne

Entre 2018 et 2020, le Conservatoire botanique national de Brest (CBNB) a réalisé la « Carte des grands types de végétation de Bretagne ». Cette carte, en accès libre, fournit une vision de la répartition à l’échelle du 1 :25000 de la végétation de nos quatre départements bretons. Elle distingue 27 classes dont les roselières, les landes sèches ou humides, les vergers, les forêts mais aussi les milieux non végétalisés, etc. Une démarche unique en ce genre rendue possible grâce à une implication d’un grand nombre de partenaires. Cette carte est élaborée avec des techniques de télédétection utilisant des images aériennes de l’IGN prises entre 2014 et 2016 et des données géographiques de référence. « Cette carte vient compléter des outils déjà existants, comme par exemple des cartes précises de sites naturels, faisant appel à des méthodologies différentes et ne couvrant que des petites parties du territoire. La carte des grands types de végétation constitue un nouveau référentiel régional, mis à disposition de l’ensemble des acteurs », complète Vanessa Sellin, géomaticienne au CBNB. Cette cartographie permet d’avoir un état de lieu global, une information de base pour bien connaître les milieux naturels des territoires et leur répartition. « Elle est par exemple utilisée par les collectivités dans le cadre d’études d’identification des Trames Verte et Bleue », confirme Vanessa Sellin, qui espère que le recueil permettra de faire connaître cette carte à de nouveaux acteurs, plus éloignés du champ de la biodiversité.

Crédits visuel : Cartographie des grands types de végétation, CBNB

Explorez la cartographie des grands types de végétation
La boîte à outils ChEmINs
La boîte à outils ChEmINs

Imaginé par l’Union régionale des CPIE de Bretagne et l’INRAE, la boîte à outils ChEmINs (Continuités Écologiques Infra-Régionales) propose différents documents méthodologiques et pédagogiques pour construire et animer un projet territorial de biodiversité, en particulier sur le volet TVB. Dans une approche plus pédagogique, ChEmINs contient également un jeu de plateau baptisé Terri’Trame où figurent des espèces animales et végétales, « ce qui permet à chacun·e de manipuler le concept de continuité écologique », ajoute Benoît Le Barbier, chargé de mission Environnement au CPIE Forêt de Brocéliande. « Un projet bâti grâce à la forte mobilisation d’élu·e·s, de technicien·ne·s, de citoyen·ne·s et d’agriculteur·ice·s, consultés dans trois zones pilotes : Morlaix (29), Cancale/Saint-Coulomb (35) et Guer (56), toutes trois soumises à des enjeux forts en matière de biodiversité : pression foncière, touristique, urbanisation du littoral, problématique d’un territoire rural », ajoute ce dernier. L’outil ChEmINs a participé à faire évoluer certaines pratiques sur les territoires pilotes : « À Morlaix, un engagement a été pris pour revoir l’éclairage public afin de le rendre plus compatible avec certaines espèces nocturnes. », conclut Benoît Le Barbier. La mallette sera disponible dans les quatre CPIE bretons, à la MCE à Rennes et dans différentes structures régionales.

Crédits photo : jeu de plateau Terri’trame, URCPIE

Outils méthodo, jeu de plateau (...), en savoir plus sur la boîte à outils ChEmINs
CONTACT
Anne-Gaëlle TOUMINET
Cheffe de projet ingénierie
06 07 01 94 67
annegaelle.touminet[at]biodiversite.bzh
[Agenda] Les Ateliers : Projets #biodiversitéBZH (56)
 [Agenda] Les Ateliers : Projets #biodiversitéBZH (56)

Une quatrième session organisée avec le Conseil Départemental du Morbihan aura lieu le 21 octobre 2021 !

Programme et inscriptions
[Outil] Biodiv'Bretagne, la plateforme des données naturalistes
[Outil] Biodiv'Bretagne, la plateforme des données naturalistes

Son objectif : permettre aux professionnel·le·s (collectivités locales, établissements publics, universitaires, aménageurs, bureaux d’études…) et aux citoyen·ne·s de se renseigner sur la présence d’espèces et de les localiser sur une carte  a minima à l’échelle d’une commune.  Biodiv’Bretagne pourrait contenir à terme entre 5 et 7 millions de données naturalistes bretonnes (contre 1,5 million aujourd’hui).

Explorer Biodiv'Bretagne !
L’Atlas de la Biodiversité Communale : de la cartographie à l’attractivité d’un territoire

Voici un exemple concret pour vous apporter un éclairage sur les outils indispensables pour faire de votre patrimoine naturel, et donc de votre biodiversité, l’atout incontestable de votre territoire. Entretien et reportage avec Patrick Camus, adjoint au maire, en charge des travaux, de l’environnement et du cadre de vie à Plougoumelen (56).
Encore une raison supplémentaire d’entreprendre des initiatives en faveur de la biodiversité dans les territoires bretons !

Lire l'article